Mali: Aliou Diallo à propos du processus de réformes politiques et institutionnelles.

« L’Opposition n’est pas prête à jouer un rôle de figurants à un moment aussi crucial de l’histoire de notre pays »

Le président d’honneur de l’ADP-Maliba,  Aliou Diallo s’est, dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, prononcé  sur le processus de réformes politiques et institutionnelles. Il propose à ce que l’Opposition mène  les réformes actuelles en concertation avec toutes les forces vives de la Nation.

Comme les autres leaders politiques, Aliou Diallo estime que les réformes politiques et institutionnelles sont indispensables pour la sortie de crise au Mali. C’est la situation actuelle du pays  même qui  impose ces réformes. « L’état actuel de notre cher Mali interpelle de manière inquiétante l’ensemble des Maliens. Le péril couve », écrit-il avant de poursuivre : « Les tueries continuent au Nord et au Centre, l’insécurité persiste partout dans le pays et la situation économique et sociale des Maliens est de plus en plus précaire ».

Le PDG de Wassoul Or va plus loin en affirmant que l’absence de progrès tangibles dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix, le déficit de confiance à tous les niveaux ainsi que l’ébullition répétitive du Front social, témoignant d’un ras-le-bol général, sont plus que préoccupants.

Pour Aliou Diallo, la tenue de ces réformes est plus que nécessaire. « Il y a nécessité d’aller vers l’exogène. Le Mali tel que nous le connaissons est appelé à changer », laisse-t-il entendre.

Le président d’honneur de ADP-Maliba  s’oppose au schéma proposé par le Premier ministre pour les réformes politiques et institutionnelles actuelles. «  Le schéma actuel proposé par le Premier ministre avec la Présidence du cadre de concertation dévolue au Gouvernement actuel n’entraînera pas l’adhésion des acteurs socio-politiques mais plutôt leur méfiance et leur retrait », a-t-il déploré.

À en croire l’homme d’affaires malien, pour avancer sur le chantier de la paix et de la concorde nationale, les réformes actuelles doivent être menées par l’opposition malienne en concertation avec toutes les forces vives de la Nation.

Il estime que dans un pays  divisé et fragile comme  le Mali, c’est aux autorités de faire preuve d’ouverture et de modestie en laissant les forces politiques de l’opposition diriger ce cadre de concertation et présenter au Peuple le résultat des travaux. « C’est de là que naîtront la légitimité et la force de ces réformes indispensables pour le retour de la paix et de la sécurité », justifie-t-il sa proposition.

Pour le candidat arrivé en 3e position à la présidentielle passée, si le gouvernement persiste à diriger ce nouveau cadre de la même manière que le cadre de concertation déjà existant entre le Ministère de l’Administration territoriale et les partis politiques, cela voudra dire que rien n’aura changé à part « la façade ». Dans  sa déclaration, celui qui propose l’indépendance économique du Mali estime que  pour rassembler les Maliens aujourd’hui,  des efforts et des concessions de fond sont nécessaires. « L’opposition n’est pas prête à jouer un rôle de figurants à un moment aussi crucial de l’histoire de notre pays », prévient-il.
Aliou tance certains responsables politiques qui, pour lui, priorisent leur intérêt sordide dans ce processus au lieu de rassembler les Maliens.   « Au lieu de rassembler le Peuple malien, les stratégies de colmatage de façade laisseraient plutôt l’impression que certains préservent leurs intérêts personnels au détriment de ceux du Mali et des Maliens », fustige-t-il  avant d’inviter les autorités à changer le schéma actuel. « Si les réformes continuent à être conduites dans le schéma actuel, c’est prendre à nouveau le risque de rater encore une fois de plus le rendez-vous de la paix, de la stabilité et de la concorde nationale », prévient-il.

Le pays

Lire aussi

Alfarouck, Tombouctou, Mali,

Mali : Alfarouck serait-il enfin de retour à Tombouctou?...

Le cavalier blanc « protecteur » de la cité de Bouctou est enfin de retour. Après des centaines d’année de captiv...
Raky Talla, Mali, éducation, gréve,

Mali : «qu’on sache que si l’année est blanche, ce n’est pas pour le gouvernement ou les par...

Depuis son arrivée au ministère du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, au...
Stupéfiants, Jeunesse, Mali,

Mali : la jeunesse malienne sous l’emprise des stupéfiants...

La consommation abusive des stupéfiants est un fléau bien réel au Mali. Les jeunes s’adonnent de plus en plus à ce...

Mali : rencontre IBK – Soumaïla Cissé , intérêt supérieur de la Nation ou jeu d’individ...

Les concertations entre formations politiques ont démarrée avec force au Mali. Majorité et opposition se retrouvent a...