Mali : Application de l’article 39, le collectif des enseignants appelle à la mobilisation générale pour la marche prévue demain

Dans le cadre de la satisfaction de son unique doléance relative à l’application de l’article de 39 de la loi N° 2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant, les établissements scolaires (fondamental et secondaire) ont été le cadre d’Assemblées générales d’information des enseignants à la demande de leur collectif. Pour cela, la synergie des enseignants  préparent les esprits pour la réussite de la marche prévue ce jeudi à Bamako et à l’intérieur du pays.

La journée de ce 11 février 2020 a été marquée par des assemblées générales d’information dans les établissements scolaires publics, dans la capitale et dans de nombreuses localités du pays, selon des échos qui nous sont parvenus. À l’ordre du jour : l’application de l’article 39 de la Loi N° 2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant qui stipule: « toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du Statut général s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et Spéciale ».

L’occasion était bonne pour les responsables syndicaux de faire le point des négociations avec le gouvernement et d’appeler les militants à la mobilisation pour la réussite de ce combat noble.

Selon  les infos qui nous parviennent, Le premier ministre Boubou Cisse vient de rejeter la demande de la rencontre avec la synergie des syndicats qui ont prévue de marcher demain jeudi 13 fevrier 2020. «  Je préfère démissionner que de satisfaire les doléances », déclaration de la Source SYNEFCT d’informations. Ainsi, la partie gouvernementale a maintenu sa proposition faite lors des travaux tenus en novembre 2019, c’est-à-dire l’octroi d’un indice plafond de 1100 en 2020 et de 1200 en 2021.
À toutes ces propositions, les syndicats ont opposé les arguments suivants : « on ne négocie pas une loi ; les questions sécuritaires, financières et l’effectif des enseignants ne pourront être des arguments en faveur de la non-application d’une loi ».

Que propose le gouvernement ?

Selon les responsables syndicaux, le gouvernement propose aux enseignants les indices plafonds suivants : 1100 en 2020 ; 1200 en 2021.
Dans l’argumentaire développé par la synergie des enseignants, 1100 est insignifiant sachant bien que l’indice plafond des enseignants est de 1060.
Pour le Collectif, la proposition gouvernementale en pourcentage est : « Taux= (1100-1060)/1060 = 40/1060 = 0,037 7= 3,77 % ».
Les syndicats enseignants demandent au gouvernement d’appliquer l’article 39 sur la grille annexée à leur statut conformément aux 20 % et 9,10 %. C’est-à-dire : « - En 2019 : 1060 X 1.20= 1272 ; – En 2021 1272X1.09 = 1386 ».

Recrutement des volontaires

Les Assemblées générales tenues ce mardi ont largement évoqué le recrutement des volontaires (15 300 contractuels issus des écoles professionnelles de formation des maîtres et enseignants retraités) annoncé par le gouvernement pour suppléer les enseignants grévistes.
À l’intention des sortants des écoles de formation d’enseignants (IFM, ENSup, ENETP…) ciblent de ce recrutement volontaire, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 attirent l’attention sur la noblesse du combat qu’ils mènent. Ce combat, soutiennent-ils, vise à rendre à la fonction enseignante toute sa splendeur.

Jack Dzaku

Lire aussi

Urgent/Mali : braquage armé d’une agence MoneyGram à Badalabougou...

A Bamako, ce 9 juillet 2020, un braquage a l’instant d’une agence MoneyGram à Badalabougou non loin de l&rs...

Côte d’Ivoire : disparition d’Amadou Coulibaly, quelles conséquences pour la présidentiel...

La disparition du candidat du RHDP à la présidentielle d’octobre va rebattre les cartes du champ politique, nota...

Mali : Sortie de crise politique, les jours de Moussa Timbiné au perchoir désormais comptés....

On y voit un peu plus clair dans les voies et moyens devant amener la classe politique malienne vers une sortie de crise...

Burkina : Washington menace d’arrêter sa coopération sécuritaire avec le Pays...

Les Etats-Unis ont exigé mercredi 8 juillet, une « action rapide » des autorités burkinabè contre les exactions c...