Mali : au moins 100 terroristes abattus et d’autres capturés

Un coup dur a été infligé au groupe de soutien à islam et aux musulmans de Iyad Ag Ghaly et à ses Katiba. Au moins 100 terroristes abattus, d’autres capturés dans la zone dite « des trois frontières ».

Selon nos confrère de l’Indépendant, une série d’opérations menée par la force Barkhane, les FAMa et l’armée nigérienne dans cette semaine dans la zone des trois frontières ont permis de neutraliser au moins 100 éléments du JNIM, d’autres capturés et des moyens logistiques détruits.

« Quelques jours après qu’il a célébré avec faste la libération de 206 terroristes issus pour la plupart de ses rangs en échange de celle de quatre otages dont Soumaïla Cissé, Iyad Ag Ghaly vient de subir un revers cinglant. Au moins une centaine d’assaillants issus des katibas du GSIM ont été abattus au Mali, précisément dans la zone dite « des trois frontières » lors d’une série d’opérations menées par Barkhane et les armées du Mali et du Niger », affirme la même source.

Dirigé par Iyad Ag Gahli, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM) est une organisation militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste, formée le 1er mars 2017 pendant la guerre du Mali. 

Lire aussi

Mali : les médiateurs indignés par les nominations au ministère de la Réconciliation...

Après la nomination de nombreux militaires à la tête des régions, les nominations de Marcelin Guenguere, chef de cab...

Mali : plusieurs terroristes neutralisés dans une opération conjointe dans le secteur de Boulikess...

Au cours de la semaine écoulée, à partir d’une manœuvre de renseignement, le Sous-groupement de commandos parachut...

Mali : 6 morts et des portés disparus, le jihadisme s’étend à Dogofry...

Hier 26 novembre, c’est le village de Dogofry K6 qui a subi un assaut mené par plusieurs individus armés. Six person...

Mali : rareté des opportunités politiques, les politiciens contraints d’aller cultiver la terre...

Difficile période de transition pour la classe politique. Des leaders politiques sans emplois sont contraints d’aller...