Mali : Boubou Cissé signe un décret qui fait de lui « ministre du ciel et de la terre »

Seul au gouvernement depuis le 11 juin dernier, le très controverse premier ministre malien Boubou Cissé vient de signer un décret pour s’autoriser à signer d’importants marchés « en violation des droits de l’UEMOA et des droits maliens ».

Au Sénégal, lorsque Karim Wade cumulait plusieurs portefeuilles ministériels, les sénégalais l’appelaient « ministre du ciel et de la terre ». Cette appellation peut être attribuée au premier ministre malien Boubou Cissé. Seul au gouvernement depuis le 11 juin, au lieu de s’occuper des questions d’urgentes d’inondations, des routes coupées par les eaux des pluies, de l’école, de la crise sanitaire Covid19, de la crise alimentaire, et du bon fonctionnement de l’État, en attendant la formation d’un gouvernement, Boubou Cissé se met dans des dispositions pour s’autoriser à passer des marchés de l’État.

Le 22 juillet dernier, et comme il n’y a pas encore de ministre des finances parce que le gouvernement n’est pas encore formé, Boubou Cissé a signé un nouveau décret, dont Nord sud journal a obtenu une copie, pour s’autoriser de signer des contrats des marchés de l’État à la place du ministre des finances, et cela « en violation des droits de l’UEMOA ».

« Par dérogation aux dispositions du Décret n »2014-0256/PM-RM du 10 avril 2014 déterminant les autorités chargées de la conclusion et de l’approbation des marchés et des délégations de service public : les fonctions d’autorité de conclusion et d’approbation des marchés publics relevant des seuils de compétence des ministres sectoriels sont exercées par les secrétaires généraux des départements ; la fonction d’autorité d’approbation des marchés publics relevant des seuils de compétence du ministre chargé des finances est exercée par le premier ministre ».

Nord sud journal a montré ce décret à un spécialiste des finances de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), et sa réponse est claire. « Ce décret est illégal et contraire aux lois portant finances publiques édictées par l’UEMOA et transposées dans les réglementations nationales au Mali ». Puis un décret pris en conseil des ministres ne peut être modifié ou abrogé qu’en conseil des ministres, or depuis la reconduction de Boubou Cissé au poste du premier ministre le 11 juin dernier, il n’y a pas eu de conseil des ministres. Alors qu’est-ce qui presse Boubou Cissé à signer ce décret illégal ?

Selon notre enquête plusieurs contrats dont l’achat d’un aéronef pour l’armée malienne seront signés dans les prochains jours. Alors on se demande est-ce qu’on est en face d’un autre nouveau scandale financier ? Est-ce que Boubou Cissé sentant son limogeage, se précipite ainsi pour gagner encore des retro commissions ? Une chose est sûre, la signature de ce décret intrigue au moment où le pays traverse une crise politique et dont les bonnes pratiques de gouvernance doivent être au cœur des actions du gouvernement malien.

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...