Mali : Chasse contre les auteurs de la cherté, plusieurs boutiques et magasins fermés par les agents

Dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds, des magasins de vente, des boutiques et alimentations ont été fermés à travers la ville de Bamako par les enquêteurs de la Direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence du District de Bamako. Cette opération se poursuivra dans la ville.

L’arrivée de la pandémie Coronavirus dans notre pays et les mesures d’interdictions prises par les plus hautes autorités ont provoqué une surenchère dans le District de Bamako et dans les régions. Les prix des produits de première nécessité ont pris l’ascenseur.

Face à cette situation, le Conseil national des prix a tenu sa première session ordinaire de l’année 2020, le 02 avril 2020, dans la salle de conférence du ministère de l’Industrie et du Commerce.

Après l’analyse du contexte socio-économique marqué par la pandémie COVID-19, le Conseil national des prix a recommandé entre autres : le respect strict des prix plafonds convenus entre le ministère de l’Industrie et du Commerce et les opérateurs économiques bénéficiaires des allègements fiscaux ; la fixation des heures d’ouverture et de fermeture des centres commerciaux et autres surfaces commerciales.

À cet effet, la direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (DGCC) a adressé une lettre circulaire aux directeurs régionaux du commerce, de la consommation et de la concurrence pour suivre les prix à la consommation des produits de première nécessité.

Dans cette lettre, le directeur général du commerce de la consommation et de la concurrence rappelle que conformément à la loi N°2016-006 du 24 février 2016 portant organisation de la concurrence, les prix sont déterminés par le jeu de l’offre et de la demande. Ainsi, aucune rupture n’ayant été constatée dans l’approvisionnement des marchés »   en produits alimentaires, ces augmentations ne sont pas justifiées.

Par ailleurs, le département en charge de l’Industrie et du Commerce, en accord avec les opérateurs économiques bénéficiaires des allègements fiscaux, a fixé les prix consensuels plafonds de certains produits ainsi qu’il suit : sucre en poudre 500 Fcfa le Kg ; riz brisé non parfumé 350 Fcfa le Kg ; huile alimentaire locale 650 Fcfa le litre ; pain 250 Fcfa les 300 grammes.

Dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds, des magasins de vente, des boutiques et alimentations ont été fermés à travers la ville de Bamako par les enquêteurs de la direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence du District de Bamako, pour non-respect des prix.  Cette opération se poursuivra dans la ville dans les prochains jours.

Le Débat

Lire aussi

Le Mali rend un dernier hommage à l’ancien président Moussa Traoré...

Les obsèques de l’ancien président du Mali qui s’est éteint mardi ont eu lieu ce vendredi 18 septembre. Mouss...

Situation en Libye: rencontre entre responsables russes et turques...

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a affirmé ce mercredi que son pays et la Russie s’appr...

Guinée: la campagne pour la présidentielle du 18 octobre est lancée...

Le président Alpha Condé a publié jeudi soir un décret annonçant le démarrage de la campagne électorale en vue de...

Niger: le groupe État Islamique revendique l’attaque de Kouré...

Le groupe EI, État Islamique vient de revendiquer l’assassinat des huit humanitaires dans le parc animalier de Kouré...