Mali : Chasse contre les auteurs de la cherté, plusieurs boutiques et magasins fermés par les agents

Dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds, des magasins de vente, des boutiques et alimentations ont été fermés à travers la ville de Bamako par les enquêteurs de la Direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence du District de Bamako. Cette opération se poursuivra dans la ville.

L’arrivée de la pandémie Coronavirus dans notre pays et les mesures d’interdictions prises par les plus hautes autorités ont provoqué une surenchère dans le District de Bamako et dans les régions. Les prix des produits de première nécessité ont pris l’ascenseur.

Face à cette situation, le Conseil national des prix a tenu sa première session ordinaire de l’année 2020, le 02 avril 2020, dans la salle de conférence du ministère de l’Industrie et du Commerce.

Après l’analyse du contexte socio-économique marqué par la pandémie COVID-19, le Conseil national des prix a recommandé entre autres : le respect strict des prix plafonds convenus entre le ministère de l’Industrie et du Commerce et les opérateurs économiques bénéficiaires des allègements fiscaux ; la fixation des heures d’ouverture et de fermeture des centres commerciaux et autres surfaces commerciales.

À cet effet, la direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (DGCC) a adressé une lettre circulaire aux directeurs régionaux du commerce, de la consommation et de la concurrence pour suivre les prix à la consommation des produits de première nécessité.

Dans cette lettre, le directeur général du commerce de la consommation et de la concurrence rappelle que conformément à la loi N°2016-006 du 24 février 2016 portant organisation de la concurrence, les prix sont déterminés par le jeu de l’offre et de la demande. Ainsi, aucune rupture n’ayant été constatée dans l’approvisionnement des marchés »   en produits alimentaires, ces augmentations ne sont pas justifiées.

Par ailleurs, le département en charge de l’Industrie et du Commerce, en accord avec les opérateurs économiques bénéficiaires des allègements fiscaux, a fixé les prix consensuels plafonds de certains produits ainsi qu’il suit : sucre en poudre 500 Fcfa le Kg ; riz brisé non parfumé 350 Fcfa le Kg ; huile alimentaire locale 650 Fcfa le litre ; pain 250 Fcfa les 300 grammes.

Dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds, des magasins de vente, des boutiques et alimentations ont été fermés à travers la ville de Bamako par les enquêteurs de la direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence du District de Bamako, pour non-respect des prix.  Cette opération se poursuivra dans la ville dans les prochains jours.

Le Débat

Lire aussi

Mali: 11 morts et 124 blessés dans des affrontements entre policiers et manifestants anti pouvoir...

Au Mali, les manifestations anti pouvoir se poursuivent à Bamako et le bilan s’alourdit, alors que certains parti...
Tiébilé Dramé, Dilague, Terroristes, Amadou Kouffa, Iyad Ag Ghaly, Mali,

Mali: le Parena de Tiébilé Dramé « déplore » l’utilisation des forces anti terroristes...

DÉCLARATION DU PARENA SUR LA CRISE POLITIQUETrès inquiet de la dégradation de la situation politique, le PARENA expri...

Mali: un parti politique de la majorité demande la démission du premier ministre Dr Boubou Cissé...

COMMUNIQUELa Convergence pour le Développement du Mali «CODEM» est profondément préoccupée, par la situation socio...
Bamako Manifestations M5

Le président malien dissout la Cour constitutionnelle, assure que « Soumaïla est sain et sauf ...

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé samedi soir une « dissolution de fait » de la Cour constitut...