Mali : Choguel Kokala Maïga dénonce l’absence de déclaration de politique générale du PM

Un an après sa nomination à la primature, le Chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé, peine à  faire sa déclaration de politique générale devant les députés, malgré l’engagement pris qu’il le fera après le dialogue national inclusif. Cinq mois après ce dialogue, l’opposant Dr Choguel Kokala Maïga  dénonce une  violation de l’article 78 de  notre Constitution.   

Cette disposition de la Constitution  impose au  Premier ministre  de présenter sa déclaration de politique générale devant les députés.  Et voilà, un an, jour pour jour, le PM Dr Boubou Cissé a été nommé sans qu’il daigne  respecter cette  procédure de la loi fondamentale.  «  Malgré tout, les maliens ont entendu  ici, au moment  du dialogue national inclusif, le chef du  gouvernement  prendre l’engagement qu’il présentera sa déclaration de politique général  au terme du DNI en y intégrant les résolutions », rappelle Choguel Kokal Maïga,  ajoutant que 5 mois après ces assises rien n’a été fait par le Chef du  gouvernement.

Sur le même sujet, l’opposant de poursuivre  qu’à la grande surprise générale des Maliens,  « le gouvernement a pris un projet de loi d’habilitation lors du conseil des ministres du 1er avril pour permettre  au même gouvernement de demander à l’Assemblée nationale qu’il a ignoré pendant un an de lui donner une loi d’habilitation qui lui permet de gouverner  jusqu’à l’installation du nouveau hémicycle ».  Pour lui, cette attitude du gouvernement  donne clairement la mentalité de ceux qui gouvernent le Mali. «  Notre peuple est pris en otage  par une oligarchie qui n’a aucun respect pour la loi, pour les populations. Et c’est ce qui explique d’ailleurs l’intervention malheureuse du Chef de l’État du 25 mars pour dire qu’il maintient la tenue des élections législatives au motif que c’est une recommandation du dialogue », a-t-il dénoncé.

Poursuivant toujours que le dialogue a donné la responsabilité du Président de la République d’organiser les élections législatives, d’assurer la sécurité des populations et le retour de l’administration dans l’ensemble du territoire avant l’organisation des élections. « C’est le dialogue qui a imposé la tenue des législatives malgré la menace de la pandémie du coronavirus,  je dis que c’est un mensonge d’État. Cela montre le mépris que le gouvernement a sur la santé des Maliens », a-t-il clamé.

Des législatives tripatouillées

Et le président du MPR  d’enfoncer  le clou, «  le plus ridicule  de ce mensonge est que le  ministre de l’administration territoriale a publié les résultats provisoires de ces législatives avec le  deuxième taux de participation  le plus élevé  de ces trente dernières années ». Pour lui,   “ce n’est pas en temps de  paix  que le Mali a atteint un tel  taux de participations aux législatives qu’il va l’atteindre au moment où le pays est divisé à cause de l’insécurité et la menace d’une pandémie”.

En  vérité, dira-t-il, c’est le bourrage des urnes qui a fonctionné en plein régime. « La corruption a atteint une proportion  jamais égalée dans notre pays.  Une  partie des agents de l’administration s’en est donné à cœur joie  en vendant les bulletin de votes à certains candidats, des bulletins prévôtés  pour bourrer les urnes au vu et au su de certains agents électoraux »,  déplore le Président du MPR dont son parti  a pris part au 1er tour de ces législatives. Selon lui, avec une situation pareille, le Mali va se retrouver avec une Assemblée nationale dont, à part quelques députés, l’écrasante majorité sera issues de la fraude, de la manipulation et la corruption.

maliweb

Lire aussi

Mali: les candidats contestataires des résultats des élections législatives rejettent l’of...

Le 7 juillet dernier, le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a rencontré le Collectif des candidats contes...

Mali : Tirs d’obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes...

Un camp militaire abritant des forces onusiennes, françaises et maliennes a essuyé plusieurs tirs d’obus mardi d...

Mali : double braquage et enlèvement de véhicule à Gao...

Hier 6 juillet  en début de la soirée, des individus armés non identifiés ont braqué un opérateur économique...

Mali : 4 morts et 4 portées disparues dans une nouvelle attaque terroriste sur l’axe Sévaré-Ban...

Des hommes armés non identifiés ont attaqué un minibus et un camion sur l’axe Sévaré-Bandiagara, 5 juillet dernie...