MALI : Choguel Maiga rejette l’expertise de Tony Blair sur le chantier des réformes constitutionnelles

C’est un véritable revers que l’institut de l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, vient de subir au Mali  suite à l’annonce du nouveau premier de la transition, Dr Choguel Kokala Maïga,  de recourir à l’expertise nationale pour la rédaction des réformes constitutionnelles et électorales.

-maliweb.net– Sollicité par le Président  déchu  de la transition, le colonel –major à retraite Bah N’Daw, pour accompagner les autorités maliennes à mener les réformes institutionnelles et électorales,  l’Institute Tony Blair est aujourd’hui rejeté par les nouvelles autorités.

Pour rappel, l’ancien Premier ministre britannique a été reçu par le Président de la Transition au palais de Koulouba, le 22 mars 2021. Lors de cette rencontre, les deux personnalités avaient  jeté les  bases d’un accord de partenariat qui était en cours de finalisation  jusqu’à l’éviction du Président Bah N’Daw du pouvoir.  Selon des informations révélées par d’autres presses, l’Institut Tony Blair et le gouvernement malien s’étaient  entendus sur un programme d’assistance technique pour l’exécution de la feuille de route de la transition. Laquelle devait conduire les  deux parties à mener à bien plusieurs réformes institutionnelles et électorales dans les mois à venir. Les choses semblaient avancer au point que l’Institut  avait déployé deux experts au Mali, qui intervenaient déjà  auprès du ministère de l’Administration territoriale et  de la Décentralisation et auprès de celui de la Refondation de l’État.

Le premier,  selon un article de jeune Afrique, Cyril Kulenovic devait faire office de conseiller  auprès de l’équipe chargée de la révision du fichier électoral.  Ce, à cause  de ces anciennes expériences ; notamment sa participation au  compte de la Francophonie à l’audit du fichier électoral au Burkina Faso en amont des scrutins organisés en novembre 2020. Le second, le constitutionnaliste sénégalais Babacar Kanté, devrait,  à son tour, participer à l’élaboration du projet de la nouvelle loi fondamentale.   Tout cela est  désormais dans le passé.

Le nouveau premier ministre  a opposé son niet  à ce que les réformes constitutionnelles et électorales soient  menées par un institut étranger.  Pour lui,  en 1960, en 1974 et en 1992, ce sont des Maliens qui ont élaboré  leur  loi fondamentale.  « Pourquoi en 2017,  les autorités ont sorti 1 million d ‘Euro soit plus de 650 millions de FCFA  pour faire un projet de  Constitution pour le Mali, pour ensuite annuler la procédure de révision ? Et pourquoi en 2020, l’Etat Malien fait de nouveau recours à un cabinet étranger pour l’aider à faire des réformes,  alors que nous en avons les compétences nationales ? », s’interroge Dr Choguel Kokala Maïga, qui lève le voile sur l’intervention d’une main étrangère dans les réformes à mener au Mali. « Avec notre gouvernement ses pratiques sont terminées. C’est l’expertise nationale qui sera systématiquement mise à contribution pour toutes les réformes. Il y va de notre crédibilité », a-t-il tranché.

Alors qu’il n’a que huit mois pour organiser des élections et mener les réformes,  Choguel Kokala Maïga  continue  à rejeter l’idée qu’après 60 ans d’indépendance que  le Mali fasse  écrire sa Constitution par des étrangers.  Il est convaincu que  c’est cette Transition qui posera les fondations du nouveau Mali.  Mais, a-t-il les moyens  de son engagement ou dispose t-il d’une large marge de manœuvre pour pouvoir mener à bon port le chantier de la révision de la constitution ? Les militaires et plusieurs partis qui n’ont pas eu de place dans le gouvernement  vont-ils le laisser suffisamment le temps pour conduire cette mission à terme.

Déjà, le parti politique de l’ancien ministre des affaires étrangères  le soupçonne de vouloir prolonger la transition en se détournant  des missions essentielles  pour se consacrer à la révision de la constitution ou l’organisation ‘’ des assises nationales de la refondation’’.  « L’art de noyer le poisson en déplaçant les problèmes. La question est loin d’être là où l’actuel  gouvernement du Mali la pose. Aucun non malien n’est engagé en 2021 dans la rédaction d’une quelconque constitution ; la  vraie question est : avons-nous le temps de nous embarquer dans une révision ? », Lance Tiébilé Dramé contre le chef du gouvernement. Un autre ancien ministre, Me Kassoum Tapo, analyse qu’il est impossible de redresser le Mali en 8 mois.  Et il met en garde les autorités actuelles contre toute tentative de prolongement de la transition. «  Si elles le font, nous allons descendre dans la rue pour les montrer que nous autres maliens ne sont pas d’accord que ce n’est que dans les urnes qu’on prend le pouvoir », prévient  Me Tapo, qui a créé un mouvement pour la refondation du Mali.

Source : maliweb.net

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...