Mali : COMATEX –Ségou, les employés prennent le DG en otage

Comatex, Prise d'otage, DG, Travailleurs, Ségou, Mali,,

Ils étaient 1600 travailleurs de cette société de textile dans la cité des Balazan à prendre en otage leur directeur général dan son bureau ce jeudi 25 juillet 2019. Pour la simple raison qu’ils voulaient leur droit à savoir le salaire du mois de juillet et leurs indemnités de leur mise en congé technique par la société.

Ce qui s’est passé à la Comatex de Ségou, ce jeudi 25 juillet 2019, relève d’une scène plus ou moins surréaliste digne d’un film. Le sit-in censé se dérouler dans le calme, a viré à la violence. En effet, des travailleurs de l’entreprise, remontés, s’en sont pris violemment au directeur général, à son arrivée au service. Après s’être installé dans son bureau, il a été surpris par une foule en colère, qui a pris d’assaut les lieux. Entre histoire de paiement de salaire, non payement des primes d’encouragement et paiement de la prime annuelle arriéré, amélioration des salaires et conditions de travail. Les raisons ne manquent pas. Cette fois si selon les dits d’un employé de la COMATEX la raison est tout autre « généralement nous partons en congé au mois d’Août. Et avant cela, ils avaient pour habitude de nous remettre les rémunérations de Juillet et du mois d’Août .Mais cette année ils voulaient nous virés seulement notre salaire du mois de juillet et nous ne sommes pas d’accord avec cela. » C’est à l’unanimité que les agents ont décidé de prendre leurs responsabilités en prenant en otage dans son bureau. Ils lui reprochent notamment son «incapacité» à trouver des solutions idoines à leurs préoccupations et dénoncent aussi sa «mauvaise gestion». Et notre source de nous indiquer que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est le fait que le DG les ait traités avec mépris. «Il y a pas mal de frustrations depuis qu’il est là», indique-t-il. Les agents l’accusent même de manœuvrer pour nuire à leurs intérêts. Selon les employés rencontrés, la cause de leur colère fait suite à l’engagement non tenu par le Dg de payer la totalité de leur salaire du mois de juillet et des mesures d’accompagnement pour leurs collègues mis en congé technique. La Compagnie malienne des textiles fait face à un sérieux problème financier depuis un bon moment. La compagnie malienne des textiles a jusqu’ici pu payer les 1600 personnes qui travaillent à son sein. Mais, selon les propos de ses dirigeants, l’entreprise n’a plus que quelques mois de survie si aucune solution n’est trouvée. Les employés qui se trouvent dans le doute d’une éventuelle fermeture ou pas de la structure s’inquiètent de cette situation qui plane il y a longtemps. Selon eux, le principal problème de la boite est le coton, la matière première qui est livré à un prix plus élevé que celui de l’international. Cette compagnie, jadis, fleuron de l’industrie et même de l’économie malienne croulerait aujourd’hui sous des dettes et le manque de liquidité financière pour acheter du coton et payer ses salariés. Ainsi, selon nos sources, les ateliers de filature et de tissage auraient fermé depuis un bon moment. Quant à la section blanchissement, elle opérait juste sur la confection des pagnes de certains événements, comme le 8 Mars, le 31 juillet, et autres. On se rappelle encore que depuis janvier 2016, les ouvriers de la Compagnie ont observé plusieurs arrêts de travail, suite à des retards dans le payement des salaires et des allocations familiales. Le Gouvernement pour soutenir la Comatex remet une partie de la TVA sur le carburant à la fin de chaque année, mais malgré cela les difficultés persistent. La société n’arrive plus à s’approvisionner correctement en matières premières d’où le coton, le manque des produits chimiques et colorants fait défaut et le chiffre d’affaires a chuté d’un milliard de francs CFA environ entre 2016 et 2017. Des détails qui font que la Comatex.SA se trouve actuellement dans d’énormes soucis financiers. Pour ne pas favoriser la hausse du taux de chômage, ses dirigeants réclament un plan de sauvetage aux deux actionnaires de la Compagnie qui sont l’État malien avec 20% et la Covec, la China Overseas Engineering Corporation qui détient les 80%. Cette société, la compagnie malienne de textile qui se trouve à bout de souffle située dans la région de Ségou a été en créée en 1968. En 1994, elle est transformée en société anonyme (SA) sous la pression du Fonds monétaire international et l’État s’est désengagé pour ne garder que 20 % de son capital. Alors, il revient aux plus hautes autorités d’engager des actions pour sauver, cette compagnie poumon de la ville de Ségou et qui était une fierté nationale. Il serait envisageable pour les autorités, en partenariat avec l’actionnaire principal, de proposer un plan de restructuration et de mise à niveau de cette géante, que fut la COMATEX et qui serait aujourd’hui, au bord de la faillite. Cela, pour éviter à des centaines de chefs de famille de se retrouver à la rue.

MALI-HORIZON

Lire aussi

ministere, finance, Mali

Mali : Plus de 3 milliards des Francs CFA destinés aux partis politiques...

La décision est tombée, hier mercredi 14 août, à l’issue du Conseil des ministres présidé par le président de l...
Coopération Fama EUTM

Mali: FAMA et EUTM coordonnent leur action...

Le Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général de division Abdoulaye Coulibaly a présidé, le 15 août 2019...
Mali, Pluie, Nioro du sahel

Mali: l’hivernage tarde à s’installer à Nioro du sahel...

La pluie manque à Nioro du sahel dans la région de Kayes. La saison des pluies qui débute habituellement à partir du...
Accident, Mali, San, CSREF Ségou, Sibougou, Amadou Dicko,

Mali : San, quatre morts et deux blessés dans un accident de la circulation...

Quatre personnes dont une femme, âgées de 18 à 24 ans, ont trouvé la mort et deux autres blessés, mercredi dans u...