Mali : Comment Bakary Togola et ses associations comptent saboter la campagne agricole 2019-2020

La campagne agricole 2019-2020 pourrait être hypothéquée, à en croire le Groupement des syndicats cotonniers et vivriers maliens qui exige la libération du président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (l’APCAM) et de ses compagnons.

Toute reproduction, même partielle sans la permission de l’auteur est strictement interdite et passible de poursuite judiciaire.

Lancée le mardi 18 juin 2019 par le Président malien I BRAHIM Boubacar Keita, la campagne agricole 2019-2020 risque d’être boycottée dans les prochains jours. En cause, l’arrestation de Bakary Togola, leader incontournable des paysans du Mali et de ses compagnons, qui continue de faire des mécontents. Après l’APCAM qui s’est dit prête à organiser d’hostiles manifestation contre le gouvernement malien afin d’exiger que Bakary Togola soit libéré, le GSCVM s’immisce dans l’affaire. Le Groupement des Syndicats Cotonniers et vivriers du Mali menace de procéder au boycott de la campagne agricole 2019-2020 lancée il y a quelques mois.

Des mesures drastiques mise en œuvre

Jusqu’à la libération définitive du patron de l’APCAM et de ses pairs, diverses mesures répressives sont prises par le GSCVM. On note entre autres, la non signature des cautions de crédit, l’arrêt du comptage capsulaire pour la campagne en cours, le non-recensement des intentions, la non livraison du coton-graine, le boycott des réunions des quinzaines avec le CMDT/OHVN, etc. C’est suite à l’assemblée générale des producteurs du 19 septembre dernier que ces décisions ont été prises. Tant que Bakary Togola et ses compagnons seront détenus, ces mesures resteront en vigueur selon le Groupement des Syndicats.

Pour rappel, Soloba Mady Keita, Drissa Traoré et Bakary Togola, tous responsables de l’assemblée Permanente des chambres d’Agriculture du Mali, sont impliqués dans plusieurs affaires de malversations financières. Ils sont accusés d’avoir détourné près de 10 milliards de francs CFA. Auditionnés le 13 septembre 2019, ils ont été déférés le même jour sur l’instruction d’un juge à la prison centrale de Bamako. Ils sont mis sous mandat de dépôt en attendant le jour du jugement.

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...