Mali: Cour d’assises de Bamako : Inculpé pour « tentative d’assassinat et de coups et blessures aggravées », un agent de la garde national purgera une peine de mort

Né le 10 juin 1986 à Bamako, Adama Camara était un garde national en service au Groupement de maintien d’ordre ‘’GMO’’. L’incriminé est marié et père de deux enfants. M. Camara était poursuivi pour une « tentative d’assassinat et de coups et blessure aggravés », fait prévu et puni par les articles 199, 200,3 et 207 al 2 du Code pénal malien. Dans son audience du lundi 4 novembre, la cour d’assises de Bamako a condamné l’inculpé à une peine de mort et 40 millions de F CFA comme dommage d’intérêt pour sa victime.

Conformément aux informations, des faits suivants sont à retenir dans cette affaire : Ibrahim Koné et Adama Camara sont tous deux des militaires de la Garde nationale. De ce fait, le premier était en service à la Compagnie de commandement et de service (CCS) basée à Bamako. Le second (Adama), quant à lui, servait au 2e Escadron du groupement de maintien d’ordre (GMO).Courant l’année 2014, dans le cadre de la sécurisation du territoire national, Ibrahim et Adama furent cooptés pour une mission commandée par le Commandant Klita Ag Mohamed pour une durée de trois ans au poste de sécurité de N’Tillit, dans la région de Gao. Suivant les informations, les deux gardes faisaient à l’image de la plupart de leurs camarades, l’élevage des moutons au cours de leur séjour.

Contrairement aux autres gardes qui confiaient leurs moutons aux villageois voisins du poste, Adama Camara gardait de préférence les siens au sein dudit poste. Ainsi, courant le samedi 27 août 2016, les moutons de M. Camara ont bouffé le reste du déjeuner qu’Ibrahim Koné avait l’habitude de réchauffer pour consommer avant le dîner. Vu que le restant du déjeuner avait été bouffé par les moutons d’Adama, Ibrahim s’est alors mis à faire des reproches à ce dernier tout en l’invitant à maitriser ses animaux qui faisaient trop de dégâts. Furax, Adama fait entendre à Ibrahim que la prime générale d’alimentation (PGA) n’est pour personne. N’ayant pas pu se maitriser, il s’est permis de « grossièrement » injurier son compagnon Ibrahim Koné. Acte qui provoque une dispute entre les deux. Présent sur le lieu, le garde Salif Monzon est aussitôt intervenu pour calmer la tension existante entre Ibrahim et Adama en vain. Il a fallu l’intervention du chef de poste adjoint, l’adjudant-chef Fodé Keita.

Ce dernier a pu quand même calmer Adama en l’amenant dans sa chambre. M. Fodé a également réussi à retirer l’arme dont Adama s’était procuré contre son compagnon Ibrahima Koné. Quelques instants après, le garde Adama est, à l’insu de ses confrères, sorti de sa chambre avec son pistolet mitrailleur « PM » en se dirigeant vers Ibrahim. Toujours en colère, il se met à insulter Ibrahim. Ce, encore de façon « grossière » pendant que l’intéressé communiquait au téléphone avec sa maman. Sans état d’âme, Adama Camara n’a eu d’autres choix que de pointer le canon de son arme sur la cuisse d’Ibrahim Koné en tirant sur la gâchette. Cela, à tel point que la victime s’écroule en étant couverte de sang. Comme si cela ne suffisait pas, Adama en profitait pour tirer d’autres coups de feu en rafales au niveau du bassin et bien d’autres parties du corps d’Ibrahim. Notons qu’après avoir reçu les premiers coups de feu à la cuisse, Ibrahim avait pu s’agripper à l’arme. Néanmoins, il avait réussi à diriger le canon du pistolet d’Adama vers le haut pour éviter que les coups de feu tirés en rafales ne le touchent. Ce qui fait qu’il n’a pas été atteint par d’autres coups grâce à sa résistance et à l’appui des autres gardes venus en aide.

Ainsi, il ressort dans le rapport d’expertise médico-légale du 28 avril 2018 qu’Ibrahim Koné a été gravement blessé. Le rapport atteste que M. Koné présentait à l’examen : une plaie délabrant avec une large perte de substances musculo-cutanée au niveau du triangle de Scarpa, lésion du pédicule vasculo-nerveux fémoral droit ; une cicatrice chéloïdale abdominale de 16 cm ; une cicatrice inguinale droite de 8 cm ; une cicatrice de 8 cm au niveau de la face postérieure de la cuisse droite correspondant à l’entrée de la balle, une cicatrice face médicale cuisse droite de 38 cm….Après les débats contradictoires effectués à la barre par les avocats, la cour d’assises de Bamako a infligé la peine de mort à Adama Camara. Dans son délibéré du lundi 4 novembre, la cour a décidé de ne pas accorder à Adama les circonstances atténuantes (possibilité qui réduit la peine du coupable). Par conséquent, il a été civilement condamné au paiement de 40 millions de F CFA comme dommage intérêt.

Journal le Pays

Lire aussi

Mali: quand Mamadou Sinsy Coulibaly refusait d’aller à l’élection pour la tête du CNP...

Après l’élection de Diadié Sankaré à la tête du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), le 26 septembre...

Mali : Premier ministre Moctar Ouane, prise de contact avec le cabinet et les services rattachés...

Moins de 24 h après sa nomination, le Premier ministre de la Transition, Moctar Ouane a tenu à recevoir ses collaborat...

Mali : la liste des Aigles du Mali élaborée pour les deux prochains matches amicaux...

L’équipe nationale de football du Mali, la liste des joueurs pour les deux prochains matches amicaux, a été élabor...

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...