Mali : Covid-19 Rapport de situation, 2 avril 2020

Cinq nouveaux cas selon le ministère malien de la santé portant le nombre total de personnes atteintes du virus à 36. Aucun nouveau cas de décès enregistré ce jeudi 02 avril. Les chiffres

Au total, 925 personnes-contacts ont été identifiées et suivies

Le budget requis par le Gouvernement pour faire face à la pandémie de COVID-19 s’élève à environ 57 millions de dollars

A ce jour, des cas ont été enregistrés dans le district de Bamako ainsi que dans les régions de Kayes et de Koulikoro

Information contextuelle

Le 18 mars 2020, le gouvernement du Mali avait annoncé les mesures suivantes avec effet immédiat :

La suspension jusqu’à nouvel ordre des vols commerciaux en provenance des pays touchés, à l’exception des vols cargos ;

La fermeture des écoles publiques, privées et confessionnelles (maternelles, primaires, secondaires et supérieures), y compris les medersas, pendant trois (3) semaines ;

La suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les regroupements publics, y compris les ateliers, colloques, séminaires et réunions populaires ;

L’interdiction, jusqu’à nouvel ordre, des groupes sociaux, sportifs, culturels et politiques de plus de 50 personnes, sous réserve du respect des gestes-barrières ;

La fermeture, jusqu’à nouvel ordre, des boîtes de nuit et des bars dancing.

Ces mesures ont été renforcées le 25 mars par un état d’urgence sanitaire et un couvre-feu de 21h à 5h du matin entrés en vigueur le 26 mars ainsi que la fermeture de toutes les écoles pendant trois semaines (jusqu’au 9 avril). Mais cette période pourrait être prolongée en fonction de l’évolution de la situation. Les espaces temporaires d’apprentissage, les centres d’apprentissage communautaires et les espaces amis des enfants sont également fermés.

L’Etat s’est déjà engagé à investir 10 millions de dollars (6,3 milliards de FCFA) pour faire face aux besoins prioritaires. Un budget total de 34 milliards de FCFA (environ 57 millions de dollars) est requis pour fiancer les différentes activités prévues cf tableau ci-contre.

Ce plan a été présenté et partagé avec les ambassadeurs et les partenaires techniques et financiers.

Les comités de gestion des catastrophes qui constituent le principal cadre de coordination de la prévention et la réponse contre le COVID-19 au niveau des régions sont activés. Ces structures, généralement présidées par les gouverneurs, connaissent aussi la participation des partenaires humanitaires.

La pandémie de coronavirus intervient dans un contexte déjà marqué par une situation humanitaire critique avec près d’un quart de la population malienne qui dépend de l’assistance humanitaire pour subvenir à ses besoins fondamentaux dans un contexte où les services et les systèmes sociaux sont affaiblis dans certaines zones. Plus de la moitié de ces personnes sont des femmes. Avec la prochaine période de soudure (qui commence en juin), plus d’1,3 million de personnes auront besoin d’une assistance alimentaire (sans tenir compte de l’impact de COVID-19). En outre, 218 536 personnes sont en situation de déplacement interne, en raison de l’insécurité et des conflits intercommunautaires, principalement dans le centre et le nord du Mali.

Afin d’anticiper de nouvelles mesures pour limiter les mouvements de personnes et de biens, une stratégie de plaidoyer est en cours d’élaboration pour demander la poursuite du trafic aérien et routier pour le personnel humanitaire et le fret humanitaire (pré-positionnement, reconstitution des stocks, etc.), tout en rassurant le gouvernement de notre conformité aux mesures de prévention COVID-19.

La couverture des besoins humanitaires en rapport avec le COVID-19 au Mali nécessite la flexibilité des bailleurs en vue de contenir la pandémie surtout dans un contexte où la requête annuelle, à travers le Plan de réponse humanitaire (HRP) de 390 millions de dollars, n’est financée qu’à hauteur de sept pour cent.

Le Gouvernement a demandé un soutien aux partenaires pour renforcer le fonctionnement des structures sanitaires opérationnelles et combler les lacunes existantes dans la disponibilité des tests, des équipements de protection et des fonds pour continuer à assurer les activités de prévention et de réponse.

Lire aussi

Mali: quand Mamadou Sinsy Coulibaly refusait d’aller à l’élection pour la tête du CNP...

Après l’élection de Diadié Sankaré à la tête du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), le 26 septembre...

Mali : Premier ministre Moctar Ouane, prise de contact avec le cabinet et les services rattachés...

Moins de 24 h après sa nomination, le Premier ministre de la Transition, Moctar Ouane a tenu à recevoir ses collaborat...

Mali : la liste des Aigles du Mali élaborée pour les deux prochains matches amicaux...

L’équipe nationale de football du Mali, la liste des joueurs pour les deux prochains matches amicaux, a été élabor...

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...