Mali : début timide de la campagne des élections législatives 2020

La campagne en vue des élections législatives du 29 mars a débuté dimanche (08.03). Certains candidats craignent de ne pas pouvoir battre campagne en raison de l’insécurité, tandisque d’autres vont braver cette peur.

Les candidats aux élections législatives du 29 mars ont désormais près de trois semaines pour tenter de convaincre les électeurs. Ce sont au total 147 sièges de députés qui sont à pourvoir.

1.451 candidats sont en compétition sur plus de 550 listes.

Pour Amadou Diepkilé, député sortant et candidat du parti Adema Pasj (Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice) dans la circonscription électorale de Bandiagara (centre du Mali), la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans la région de Mopti est préoccupante.

« Il y a eu trop de déplacés. Dans les villages où il y avait 1000 habitants, aujourd’hui on ne trouve que 200 personnes sur place. Par ailleurs, dans certains villages, on ne trouve plus personne, tout le monde est parti », déplore-t-il.

Amadou Diepkilé a donc décidé de ne pas aller battre campagne dans son fief électoral de Bandiagara. 

« Moi je suis de l’Adema et je suis en alliance avec le parti au pouvoir le RPM (Rassemblement pour le Mali) et la CODEM (Convergence pour le développement du Mali), un parti de la majorité présidentielle. Dans chaque localité du centre, nous avons des représentants. Nous allons donc demander à ces représentants de battre campagne pour nous. Sans cela, dire que nous serons à bord des véhicules comme on le faisait auparavant, cela n’est tout simplement plus possible », soutient-il.

Résignés à vivre dans l’insécurité

À seulement 22ans, Mahamadou Youssouf Dicko est l’un des plus jeunes candidats à ces élections législatives. Il figure sur la liste du Parti pour l’action civique et patriotique (PACP) à Gao, dans le nord du pays. Cette région reste en proie aux activités des groupes armés.

Le quotidien des habitants est rythmé par des enlèvements, des braquages ou encore des assassinats ciblés. Ce contexte sécuritaire préoccupant n’inquiète cependant pas Mahamadou Youssouf Dicko qui compte bien battre campagne dans sa ville natale.

« Chez nous à Gao, nous nous sommes adaptés à l’insécurité, car c’est du 1er janvier au 31 décembre. Pour battre campagne, nous allons surtout miser sur le porte-à-porte, les marchés et les ‘grins’ (lieux de regroupement et de discussions entre jeunes maliens). Nous allons partir avec nos propres moyens, nous sommes jeunes et nous voulons le changement », affirme-t-il.

En plus des FAMA, les forces armées maliennes, le 1er et le second tour des élections législatives seront sécurisés par les mouvements armés signataires de l’Accord de juin 2015, la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali) et les forces françaises de l’opération Barkhane.

Lire aussi

Des associations de la société civile et des citoyens maliens demandent l’annulation des sanctio...

Dans une requête la Coalition Malienne Publiez Ce Que Vous Payez et  l’Association  des Consommateurs du Ma...

Transition au Mali : M5-RFP dans une lutte divisée pour la conquête du pouvoir...

L’heure est grave au sein du M5-RFP. Après la sortie musclée du coordonnateur de la CMAS, Issa Kaou Djim, tout porte...

Buzz au Mali : La vraie histoire du vieux Ba Diarra auteur de « An ga ta…An ga ya bila »...

Un vieux qui refuse toute idée de son départ à la Mecque (haut lieu de pèlerinage pour les musulmans) et s’exprime...

Mali : Issa Kaou N’Djim explique ses propos et révèle l’origine de la CMAS de Mahmoud Dicko...

À propos de la discorde entre la CMAS et la jeunesse du M5-RFP Issa Kaou N’Djim affirme, « quand le chef parle, vous...