Mali : Diviser pour mieux régner, la politique de l’État malien

Les parents d’élèves se souviennent que l’État malien, par pure négligence peut-être, a permis la fermeture des établissements d’enseignement fondamental et secondaire.  En effet, pour avoir résisté  abusivement à  la revendication légitime des enseignants, les pouvoirs publics demeurent les seuls responsables des échecs scolaires de toute une génération.

Quand le président de la république a martelé  à  la télévision nationale “dura lex sed l’ex”, nous avons espéré  une sortie de crise pour l’école malienne. Mais il a fallu des mois et des mois et une fronde sociale pour que le principe de l’application de l’article 39 soit admis.

Soulagés par l’annonce présidentielle du principe de l’application immédiate de l’article 39, les enseignants et sympathisants ont rangé  les pancartes et repris le chemin de l’école.  Au même moment, des décisions sont prises pour satisfaire les revendications légitimes des magistrats. Les autres corporations en prennent note. Mais la rumeur d’un “tripatouillage” du procès-verbal de conciliation, relatif à  l’application de l’article 39, suscite indignation et colère. Les enseignants n’en démordent plus. Ils exigent, sous peine de grève illimitée, l’application immédiate et inconditionnelle de l’article 39.

Cette méthode, diviser pour mieux régner, a toujours été  la politique des pouvoirs publics maliens. Cela ne date  pas d’aujourd’hui et cela est dû à  l’esprit corporatiste des maliens. Au lieu de se battre côte à côte pour réclamer une amélioration des conditions de travail, chaque corporation mène son combat.  L’union fait la force. Les syndicats et autres acteurs sociaux sont tellement aveuglés par les combats d’intérêts  personnels ou corporatistes qu’ils ne peuvent faire front unique.

Leur combat manque de cohérence et bouleverse  l’ordre, l’économie et la stabilité du pays. Quand les enseignants revendiquent, les autres corporations trouvent cela exaspérant. Quand les magistrats tapent du poing  sur la table, les autres corporations trouvent cela capricieux. Bientôt les enseignants du supérieur vont se faire entendre pour exiger l’application de l’article 66. Et les critiques viendront des autres corporations.

Les pouvoirs publics tirent profit de ce manque d’union et choisissent le moment et les moyens de satisfaire les revendications sociales. Il est vrai que les corporations ne relèvent pas des mêmes statuts. Mais rien ne s’oppose à  un combat commun pour le respect des avantages légaux. Le fait que ces avantages aient été  négociés séparément,  n’est pas une raison de se désunir face aux autorités chargées de satisfaire les doléances.

Dans ces conditions, nous ne pouvons que prier pour l’école malienne à moins  que l’avenir de la nouvelle génération ne soit remis au centre des préoccupations des régimes à  venir. Le président IBK ayant rendu le tablier, la balle est désormais dans le camp des nouvelles autorités.

Vive la république

Le Pélican

Lire aussi

Diadié dit Amadou Sankaré

Mali: Diadié Sankaré remporte l’élection présidentielle du patronat avec 89 voix sur 155...

Diadié dit Amadou Sankaré a largement remporté l’élection du président du Conseil National du Patronat du Mal...

Burkina-Faso : une quarantaine d’hommes armés neutralisée et trois capturés...

Dans la nuit du 23 septembre dernier, plusieurs hommes armés ont été neutralisés près du village de Tapoa-Djerma pa...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara, «La place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne éle...

Le chef de l’Etat ivoirien a remis les pendules à l’heure quand on sait que l’ancien président de l’Assemblée...

Mali : le puzzle se reconstitue vers la levée des sanctions...

La junte militaire vient de poser la première pierre constitutive pour une levée de sanctions contre le pays. Le prés...