MALI : Emmanuel Macron envisage un retrait des troupes si le pays va « dans le sens » d’un islamisme radical

La France, qui engage environ 5 100 hommes au sein de l’opération Barkhane, a dénoncé « un coup d’Etat inacceptable » après l’arrestation du président.

Emmanuel Macron a affirmé que la France retirerait ses troupes si le Mali allait « dans le sens » d’un islamisme radical, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) du 30 mai, après un deuxième coup d’Etat en neuf mois dans ce pays.

Paris, qui engage environ 5 100 hommes au sein de l’opération Barkhane, soutient le Mali, qui fait face depuis 2012 à une poussée djihadiste venue du nord, qui a plongé le pays dans une crise sécuritaire et s’est étendue au centre du territoire.

Mais la France, comme l’Union européenne (UE), a dénoncé, mardi, un « coup d’Etat inacceptable » après l’arrestation du président, Bah N’Daw, et du premier ministre, Moctar Ouane, décidée par l’homme fort du pays, le colonel Assimi Goïta.

 « Au président malien, Bah N’Daw, qui était très rigoureux sur l’étanchéité entre le pouvoir et les djihadistes, j’avais dit : L’islamisme radical au Mali avec nos soldats sur place ? Jamais de la vie ! Il y a aujourd’hui cette tentation au Mali. Mais si cela va dans ce sens, je me retirerai », a mis en garde le président français, dans l’entretien donné au JDD à l’occasion d’un voyage au Rwanda et en Afrique du Sud.

 

« Chemin de sortie »

Le chef de l’Etat français affirme également avoir « passé le message », aux dirigeants d’Afrique de l’Ouest, qu’il « ne resterait pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition ». Il rappelle avoir dit depuis trois ans, « au sein de plusieurs conseils de défense, que nous devions penser à la sortie ».

« Au sommet de Pau [en janvier 2020], j’ai préparé un chemin de sortie. Je suis resté à la demande des Etats, parce que je pensais que la sortie était un point de déstabilisation. Mais la question se pose, et nous n’avons pas vocation à rester éternellement là-bas », a-t-il répété.

Emmanuel Macron met en garde contre l’échec d’une politique de développement en Afrique. « Je le dis avec lucidité, si on est complices de l’échec de l’Afrique, on aura des comptes à rendre, mais on le paiera cher aussi, notamment sur le plan migratoire », estime-t-il.

Il réaffirme qu’il faut donc « investir massivement » au sortir de la pandémie de Covid-19 « avec l’équivalent d’un plan Marshall » et que la communauté internationale doit avoir « la générosité de dire qu’on efface une partie de la dette, pour aider les Africains à bâtir leur avenir ».

Source : Le Monde avec AFP

Lire aussi

TIEMAN COULIBALY, MALI: « Je serai certainement candidat à la prochaine élection présidentielle...

« Au Mali, il faut lever toute ambiguïté sur la durée de la transition », affirme Tiéman Coulibaly. L’ancien min...

ÉVACUATION DES DECHETS SOLIDES ET CURAGE DES COLLECTEURS : Le chef du gouvernement donne le premier...

L’opération qui concerne le District de Bamako et la ville de Kati, prévoit d’évacuer 550.610 m3 de déchets soli...

MAURITANIE : L’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a été arrêté...

L’ex-président mauritanien, Mohmamed Ould Abdel Aziz, a été arrêté mardi soir aux environs de 20h TU et plac...

TRANSITION : Abdoulaye Diop plaide pour une lecture réaliste et pragmatique de la situation...

Confronté à une crise multidimensionnelle depuis 2012, notre pays a besoin de la solidarité de la communauté interna...