Mali : Grand rassemblement de réclamation et d’interpellation IBK pour la libération de Soumaïla Cissé

À l’appel de l’URD et des collectifs mis en place pour la libération du chef de file de l’opposition. Hier 2 juillet, sur l’esplanade de la Bourse de Travail, des milliers de Maliens ont demandé, le retour sain et sauf de Soumaila Cissé pris en otage il y’a 100. La cérémonie s’est tenue en présence de son épouse, Mme Cissé Astan Traoré, des cadres de l’URD et plusieurs autres personnalités.

Du 25 mars 2020 au 2 juillet 2020, cela faisait exactement 100 jours que la famille biologique de l’honorable Soumaila Cissé, ses collaborateurs, ses amis et par ricochet, tout le Mali n’a pas de ses nouvelles. En effet pour quelques manifestants Soumaila Cissé est un « prisonnier politique », selon eux, à cause de la circonstance de son enlèvement.

Le président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), président du Front pour la Sauvegarde de la démocratie (FSD), chef de file de l’opposition malienne, challenger d’IBK en 2013 et 2018, ancien président de l’UEMOA, ancien ministre de la République du Mali, député élu dans la circonscription électorale de Niafunké, le père de famille,  Soumaila Cissé est privé de sa liberté pendant 100 jours. 100 jours sans faire signe de vie. Ni ses ravisseurs ni les raisons de sa captivité ne sont jusque-là pas connus. Les attentes deviennent longues et intenables. C’est pourquoi  des Maliens, de tous bords, ont exprimé leur indignation et leurs inquiétudes quant à sa situation « extrêmement préoccupante ».

« Notre président, Soumaila Cissé, manque terriblement au peuple malien », a déclaré le 1er vice-président du principal parti de l’opposition, le professeur Salikou Sanogo, qui a non seulement salué les efforts que déploient les autorités gouvernementales pour la libération du chef de file l’opposition, mais aussi les invite à redoubler les efforts.

« Si Soumaila Cissé était libre aujourd’hui, la première chose qu’il ferait, c’est de se rendre sur la tombe de son garde du corps, Mohamed Cissé », a affirmé Dr Choguel Kokalla Maiga, président par intérim du FSD, qui a témoigné le patriotisme, l’humanisme de l’honorable Soumaila Cissé.

Pour sa part, le président du collectif des jeunes pour la libération de l’honorable Soumaila Cissé, Moctar Ousmane Sy, exprime son indignation et ses inquiétudes sur la situation du chef de file de l’opposition malienne. « Cela fait 100 jours que nous sommes privés de celui qui symbolise la modernité en politique pour toute une génération de cadres sur le continent africain. Pédagogue, persévérant et surtout pacifiste, il s’évertue, parfois à son détriment, à assurer l’équilibre d’une démocratie douloureusement acquise et encore fragile », a-t-il rendu hommage au député de Niafunké. Pour le collectif des jeunes mis en place pour sa libération, Soumaila Cissé ne mérite pas ce sort. « Le 25 mars 2020, il est tombé dans un affreux piège. À nous de l’en sortir. Il nous a tant donné individuellement. Il a tant donné à la communauté », martèle M.Sy  qui promet de mettre les pressions sur tous les acteurs pouvant disposer d’informations ou des moyens de négociation avec les ravisseurs du chef Soumaila Cissé.

Mme Cissé Astan Traoré Présente à la cérémonie, a remercié le peuple malien pour sa mobilisation depuis l’enlèvement de son époux, l’honorable Soumaila Cissé. « À la maison, je n’ai jamais été seule : mes enfants sont toujours là, les jeunes du parti, ceux qui ne sont pas du parti, ils m’ont soutenu. Je ne suis jamais seule. Je remercie les religieux. Tout le monde a prié pour Soumaila Cissé : dans les mosquées, dans les églises », a-t-elle déclaré.

 »Bientôt » pour la plupart semble avoir plusieurs significations et non pour les  représentants de l’URD et les collectifs pour la libération de Soumaila Cissé. « Bientôt d’IBK signifie : dans les heures qui viennent au plus tard, une semaine ».

Si une question est revenue dans toutes les interventions, c’est « bientôt, c’est quand ? ». En effet, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a annoncé, lors de sa rencontre avec les forces vives de la nation à la CICB, que son « cadet est en vie, qu’il se porte bien et qu’il sera de retour bientôt ». Une seizaine de jours après cette déclaration, l’honorable Soumaila Cissé n’est, toujours pas de retour. C’est pourquoi les collaborateurs de Soumaila Cissé cherchent à savoir le sens du ‘’bientôt ‘’d’IBK.

Cette cérémonie du centième jour de l’enlèvement de Soumaila Cissé a été l’occasion pour ses proches d’adresser un appel pas comme les autres à ses ravisseurs  »méconnus ». « Je demande aux ravisseurs de l’honorable Soumaila Cissé, puisque nous ignorons leur identité, qui qu’ils soient, nous leur disons  que l’homme qu’ils détiennent est un grand fils du Mali, un grand patriote, un bon musulman, un bon chef de famille. C’est un homme qui a passé tout son temps à servir son pays. Il n’a rien fait de mal pour se retrouver dans la situation dans laquelle il se trouve actuellement.  C’est pourquoi je demande votre indulgence de laisser rentrer l’honorable Soumaila Cissé immédiatement. J’ose espérer que mon appel touchera des hommes sensibles », a plaidé le président des jeunes de l’URD, Abdrahamane Diarra. L’épouse de Soumaila Cissé a, également, lancé un appel aux ravisseurs : « Je lance un appel aux ravisseurs de Soumaila. Je leur demande de le laisser revenir dans sa famille. Ce n’est pas sa famille seulement même qui a besoin de lui, c’est tout le Mali qui a besoin de lui. Soumaila est pour tout le monde ».

Lire aussi

Mali : l’entrée des FAMa à Farabougou, inquiétude de la médiation...

Les forces armées maliennes sont entrées ce jeudi 22 octobre à Farabougou, dans le centre du Mali, après 17 jours de...

Mali : la BOAD accorde un prêt de 23 milliards FCFA pour l’électrification de 50 localités...

À Bamako, lors du conseil des ministres du 14 octobre, le gouvernement de transition a ratifié plusieurs accords de pr...

Mali : Libéré par ses ravisseurs, Soumaïla Cissé a-t-il dit toute la vérité ?...

Faut-il croire au président de l’URD Soumaïla Cissé quand il affirme ne pas avoir rencontré Iyad Ag Ghali ni Amado...

Mali : accusé de complicité avec des terroristes à Koro, le maire de Bamba rentre dans la clandes...

Devenu persona non grata dans sa Commune, Alasseni Telly, maire de Bamba dans le cercle de Koro, devient un clandestin. ...