Mali : Grogne Sociale, Boubou Cissé ou le blocage de l’éducation

Le secteur de l’éducation est paralysé depuis le mois de décembre dernier. Les multiples rencontres entre les syndicats de l’éducation et le gouvernement de Boubou Cissé n’ont jusque-là rien donné. Le front social ne faiblit pas.

D’autres syndicats viennent de faire leur entrée dans la danse. Il s’agit de la Coordination des comités syndicaux de la Présidence, de la Primature, des DAF (Directions Administratives et Financières) des DFM (Direction des finances et du matériel), des DRH (Direction des Ressources Humaines) et les Cellules de la Planification et de la Statistique(CPS), ont décrété  une grève de 19 jours à compter du lundi 2 mars.

« Force doit rester à la loi ». Voilà ce qu’a déclaré Issaka Sidibé, Président de l’Assemblée Nationale le vendredi dernier lors d’une conférence de presse, comme pour légitimer la lutte des syndicats de l’éducation. Ces derniers, faut-il le rappeler,  demande l’application de l’article 39 de leur statut qui leur accorde de plein droit toute augmentation de salaire des autres fonctionnaires du statut général, comme cela a été le cas récemment à l’issue des revendications de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM). « C’est un projet de loi qui est venu du gouvernement et qui est passé par toutes les étapes pour être adopté », insiste le Président de l’institution parlementaire.

A quand la fin de cette grève intempestives ? Nul doute pas pour maintenant au regard l’attitude et le positionnement radical affichée par le premier ministre, Dr Boubou Cissé. Le Gouvernement reste inflexible et n’envisage à priori pas de céder. De son côté, le syndicat des enseignants signataires du 15 octobre 2016 demeure obnubiler par l’application de l’article 39 de la loi n°2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental et celui de l’éducation préscolaire et spécial.

Au lieu d’être en classe pour étudier, ceux-ci sont contraint d’errer dans la rue. Car victime du désaccord entre le gouvernement, qui semble royalement se ficher de leur avenir, et les enseignants grévistes.

Le groupe syndical de la Présidence, de la Primature, des DAF (Directions Administratives et Financières) des DFM (Direction des finances et du matériel), des DRH (Direction des Ressources Humaines) et les Cellules de la Planification et de la Statistique(CPS) réclame au gouvernement sept points de revendication au nombre desquels figure l’inscription de crédit dans la Loi des finances 2020 qui détermine les salaires et accessoires des fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre de l’administration générale.

« Depuis octobre dernier, nous avons signé un accord avec le gouvernement malien relatif à l’élargissement intégrale des dispositifs du Décret N°2018-0653 P-RM du 8 août 2018 aux personnels des différents syndicaux concernés », a déclaré Issa Sinayoko, coordinateur du groupe syndical. Et d’ajouté qu’à l’époque, le gouvernement avait pris l’engagement de nous mettre dans nos droits sur un délai d’un mois. « Ça fait 7 mois que la situation est toujours bloquée », déplore-t-il.

« A noter que le risque de blocage des salaires n’est pas à exclure au cours de cette grève qui se profile à l’horizon », prévient le coordinateur du groupe syndical, Issa Sinayoko.

 Maliactu

Lire aussi

Diadié dit Amadou Sankaré

Mali: Diadié Sankaré remporte l’élection présidentielle du patronat avec 89 voix sur 155...

Diadié dit Amadou Sankaré a largement remporté l’élection du président du Conseil National du Patronat du Mal...

Burkina-Faso : une quarantaine d’hommes armés neutralisée et trois capturés...

Dans la nuit du 23 septembre dernier, plusieurs hommes armés ont été neutralisés près du village de Tapoa-Djerma pa...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara, «La place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne éle...

Le chef de l’Etat ivoirien a remis les pendules à l’heure quand on sait que l’ancien président de l’Assemblée...

Mali : le puzzle se reconstitue vers la levée des sanctions...

La junte militaire vient de poser la première pierre constitutive pour une levée de sanctions contre le pays. Le prés...