Mali : IBK, président d’honneur du Barreau International Pénal pour l’Afrique

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature a présidé le jeudi 14 novembre 2019, la cérémonie d’ouverture du premier Congrès du Barreau Pénal International en Afrique, placé sous le thème : « Afrique nouveaux défis de la justice pénale Internationale et le Barreau Pénal International ».

Cet événement, le premier du genre en Afrique qu’abrite notre pays, a mobilisé plusieurs personnalités du monde judicaire, venues d’horizons divers partager leurs expériences sur une meilleure prise en compte de la lutte contre les crimes internationaux en Afrique.

Le Mali qui abrite l’évènement, est l’un des premiers pays à avoir ratifié le statut de Rome. Un fait que la procureure générale de la CPI Fatou Bensouda, tout comme ses prédécesseurs, a, au cours de son intervention rappelé, en se réjouissant de se retrouver à Bamako pour cet évènement que les uns et les autres qualifieront d’historique.

De l’importance que revêt le choix du Mali pour abriter cette rencontre de dimension internationale, autour des questions de justice, en particulier, une justice réparatrice et équitable, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, s’est dit très honoré, en souhaitant la bienvenue à tous les participants.

Cette cérémonie a été marquée par une série d’intervention, de gratitude envers Ibrahim Boubacar, au-delà, de brillants témoignages, quant à son attachement pour la lutte contre l’impunité et les violations des droits de l’homme.

En cette heureuse occasion, la reconnaissance du mérite aura valu à Ibrahim Boubacar Keita, la consécration à l’unanimité, faisant de sa personne, Président d’honneur du Barreau International Pénal pour l’Afrique.

Très ému par cette marque de notoriété, aux yeux du monde entier, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a indiqué que c’est le Mali qui se trouve être honoré, à travers son éthique.

Bensouda insiste sur la nécessité d’une ferme collaboration entre le Mali et la CPI

Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, S.E.M. Tiébilé Dramé a reçu en audience, le jeudi 14 novembre,  Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour Pénale Internationale (CPI). Pour la circonstance, le Ministre Dramé avait à ses côtés son collègue de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux,  Malick Coulibaly et celui de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de Division Salif Traore.

Les échanges ont essentiellement porté sur la collaboration entre le Gouvernement du Mali et la Cour Pénale Internationale, mais aussi et surtout, sur les questions relatives aux Droits de l’Homme. A ce propos, le Chef de la Diplomatie malienne a remercié au nom du Gouvernement, la Procureure de la CPI pour sa visite au Mali.

De son côté, Bensouda a salué l’action du Mali pour le renforcement de la CPI et ses efforts dans le combat contre l’impunité. Elle a également insisté sur la nécessité d’une ferme collaboration entre le Mali et la CPI.

Pour sa part, le Ministre Malick Coulibaly de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, a réitéré l’accompagnement de la CPI en matière de techniques d’enquêtes et d’échanges d’informations.

L’observatoire

Lire aussi

Mali: dans les coulisses des désignations de Bah Ndaw et Assimi Goita à la tête de la transition...

Ce lundi 21 septembre, des leaders de la société, des responsables religieux, responsables des groupes armés signatai...

Mali : l’ancien ministre de la défense Bah N’Daw désigné pour diriger la transition...

La transition au Mali, l’ancien ministre de la défense Bah N’Daw est choisi ce 21 septembre, pour diriger l...

Mali : dernières discussions et consultations à la veille de l’ultimatum de la Cédéao...

Le Mali va-t-il enfin connaître l’identité de son président et de son Premier ministre de transition ? La feui...

Mali : à propos des gouverneurs et du chef de l’Etat, les propositions maussades du PARENA...

Faire de l’élection du président de la République une affaire de « komo » ou de « fétiche ...