Mali : IBK renvoie la balle dans le camp de sa majorité pour négocier avec le M5-RFP sur le Mémorandum

Mali, IBK, Ecole de guerre de Nigéria, Sahel,

L’EPM, l’ARP et la CFR pourront-ils avoir l‘audace de dire la vérité au Président de la République ? Ensemble pour le Mali (EPM), l’Action Républicaine pour le Progrès (ARP) et la Convergence des Forces Républicaines (CFR) sont les trois principaux regroupements politiques de soutiens à IBK.

Et, semble-t-il, c’est vers eux que le Président de la République a renvoyé le M5-RFP afin de négocier le Mémorandum à lui  adressé par les leaders du Mouvement du 5 juin. En dirigeant le M5 RFP vers sa Majorité, IBK semble assigner une mission à la fois exaltante, difficile, mais honorable. Bocari Tréta, Tiéman Hubert Coulibaly et Cheick Oumar Gadjigo, pour ne citer que ces têtes des proues, sont désormais entre le  marteau d’IBK et l’enclume du M5 RFP, en tout cas si le Mouvement du 5 juin  acceptait de négocier avec eux. Vont-ils avoir le courage de  prendre date dans l’histoire de la jeune démocratie malienne en disant la réalité des choses à IBK ?Et s’ils lui proposaient de satisfaire aux doléances du M5 RFP gage de paix sociale et de stabilité ?

Ne dit-on pas que les hommes qui se sont rendus célèbres l’ont été souvent  par un seul acte ? Les leaders de la Majorité Présidentielle ont, aujourd‘hui une occasion idoine d’écrire leurs noms en lettres d’or dans les annales de l’histoire du Mali, en prenant fait et cause pour le peuple. Ils doivent avoir l’audace de dire à IBK, qu’au-delà du débat sémantico-politique autour du concept Peuple et au regard des deux grandes manifestations du 5 et du 19 juin, que le mécontentement est  général  et que le PEUPLE s’est largement prononcé en faveur du M5 RFP. Par conséquent il doit écouter avec humilité et patriotisme ce cri de cœur en négociant avec ses opposants.

Bien que les leaders du M5 RFP n’acceptent  pas de négocier avec la Majorité Présidentielle, qu’IBK lui-même a contribué à fragiliser en la reléguant au second plan, il est du devoir de tout bon patriote d’apporter sa petite pierre à la construction de l’édifice commun. Donc qu’elle soit véritablement impliquée ou pas, des propositions de sortie de crise peuvent émaner de cette même majorité pour le bien du Mali. En fléchissant devant IBK ou bien en privilégiant les seuls intérêts d’une minorité, en l’occurrence celle qui dirige, Bocari Tréta, Tiémoko Sangaré, Tiéman Hubert Coulibaly, Cheick Oumar Gadjigo, Amadou Koîta, pour ne citer que ces quelques figures emblématiques de la Majorité, se rendraient coupables d’un manquement grave à leur devoir vis à vis de la patrie. Et au lieu de passer comme des lions dans l’histoire, ils passeront comme des chats.

En somme, une page de l’histoire de notre jeune démocratie est en train de s’écrire. Cette crise quel que soit son issue donnera forcement naissance à un nouveau Mali. Donc malheur au patriote  qui n’apportera pas  sa petite pierre à la nouvelle bâtisse.

Inf@sept

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...