Mali : Iyad Ag Ghaly réclame Soumaïla Cissé

Depuis le 25 mars 2020, le président de l’URD (Union pour la République et la démocratie), Soumaïla Cissé, est retenu en otage par des hommes se réclamant du djihadiste Amadoun Kouffa. Dans des éléments sonores qu’ils ont publiés, ils énumèrent quelques points de revendications ; seulement, les inquiétudes réelles qui reviennent, à présent, sont celles relatives à la capacité de décision de ses véritables ravisseurs, le lieu exact de détention de Soumaïla Cissé et les véritables décideurs.

Le communiqué qui alerta sur le grave et très délicat sujet relatif à, pour un premier temps, la disparition de Soumaïla Cissé, disait ceci : « L’URD a le regret d’informer l’opinion nationale et internationale que son Président, l’honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition malienne, et sa délégation en campagne pour les élections législatives dans la circonscription électorale de Niafunké, sont portés disparus depuis 15h30 ce mercredi 25 mars 2020.

Ils quittaient Saraféré pour se rendre à Koumaïra où ils étaient attendus vers 16h30. Ni le président de l’URD ni aucun membre de sa délégation ne sont joignables sur leur téléphone actuellement. Le parti est profondément inquiet de la situation et invite le Gouvernement, les forces armées et de sécurité, la Minusma à déployer toutes leurs énergies pour les retrouver. L’URD suivra avec l’attention requise l’évolution de la situation.»

En ce moment, déjà, quand cette note était rédigée, au niveau du Quartier général de l’URD, de sa famille et de ses camarades militants et amis, même si on refusait de le croire, on sentait que les choses commençaient à sentir mauvais et qu’il y avait de grandes chances que le chef de file de l’opposition soit aux mains de groupes armés radicaux qui pullulent dans la zone.

Plus le temps passait, plus les inquiétudes grandissaient. Le lendemain, quand revint (sans qu’on ne sache exactement comment, ni par quel miracle) le corps du garde du corps (Paix à son âme) et quelques autres blessés à Niafunké, on finit par se rendre à l’évidence.

Ce qu’on croyait impossible arriva : Soumaïla Cissé, le président de l’URD, le chef de file de l’opposition, venait d’être enlevé dans le centre du pays entre Saraféré et Koumaïra, pendant qu’il était en campagne électorale.

Tout est parti en fait, comme c’est souvent le cas dans les zones sous contrôle des djihadistes et autres bandits armés, d’une banale attaque d’un convoi de voiture dans une zone que certains considèrent comme la leur et au sein de laquelle ils attaquent et arrêtent tout visiteur inconnu. Soumaïla Cissé et ses compagnons étaient donc au mauvais endroit, au mauvais moment, et face aux mauvaises personnes qui ignoraient jusqu’à leur identité.

Ce n’est qu’après coup que les choses sont allées très vite quand ils se sont rendu compte du poids de l’un de leurs otages, en la personne du chef de file de l’opposition, et entra dans la danse Amadou Kouffa qui, à son tour, informa Iyad.

Aujourd’hui, selon plusieurs de nos sources, Soumaïla Cissé est séparé des autres otages et serait conduit vers Iyad à la demande ce dernier. Il faut tout de même rappeler que ceci n’est pas une très mauvaise nouvelle, car les deux hommes se connaissaient très bien du temps de l’Adema originel et participaient aux réunions politiques, souvent, assis, côte à côte, selon un aîné qui vit à l’extérieur du pays.

Ce qui est d’ailleurs confirmé, depuis hier, par un nouvel élément audio dans lequel on entend une voix rassurer à propos de l’état de santé de Soumaïla et ses rapports avec les Touaregs. Dans l’élément sonore, un homme affirme qu’il a vu une image du chef de file de l’opposition sur laquelle il va très et se trouve en de bonnes mains avant de poursuivre que le président de l’URD est très proche de l’Azawad, étant un ressortissant de Niafunké, et que ce dernier compte de nombreux amis parmi les Tamashek. Et d’assurer qu’il ne lui arrivera rien !

Nouvelle libération

Lire aussi

Mali: questionnements autour des annonces présidentielles sur le coronavirus...

C’est le flou et l’incompréhension après l’annulation à la dernière minute, lundi soir, du discours que devait...

Mali : Attaque à main armée à l’agence BDM-SA, toute la caisse de la banque vidée...

Une attaque à main armée très spectaculaire s’est produite aujourd’hui 1er décembre 2020 entre 11h30 et 12h00 da...

Mali : Trois braquages armés ayant fait plusieurs blessés...

La capitale Bamako a connu hier lundi 30 novembre une journée très particulière avec plusieurs attaques à mains arm...

Le 1er décembre 1990, Idriss Déby prend le pouvoir au Tchad, la république devient une monarchie...

Le 1er décembre 1990, Idriss Déby accédait à la magistrature suprême suite à un coup d’État renversant Hissène...