Mali : Jean-Yves Le-Drian rejette le dialogue avec les groupes Djihadistes

En visite de 48 heures au Mali, le  Ministre français des affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, a rejeté ce lundi lors d’une conférence la possibilité de  « dialoguer avec les groupes  djihadistes ».  Ces propos ont  été nuancés par le Premier ministre de la transition Moctar Ouane, qui  rappelle que le dialogue avec les djihadistes est une recommandation  du « dialogue national inclusif ».  

Le  Mali et la France restent partagés sur l’option d’engager un dialogue avec les groupes djihadistes qui sévissent au Nord  et au Centre du pays.  Du 25 au 26 octobre,  le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian , en visite au Mali, la première d’un haut responsable français depuis le coup d’État du 18 août, a exprimé un ‘’niet’’ par rapport à la  possibilité de dialoguer  avec les groupes djihadistes. «  Disons les choses très clairement: il y a les accords de paix (…) et puis il y a les groupes terroristes qui n’ont pas signé les accords de paix (…) Les choses sont simples », a déclaré le chef du Quai d’Orsay  devant la presse, qui a rencontré  auparavant les deux principaux groupes signataires de l’Accord de paix, aujourd’hui représentés dans le gouvernement de transition, pour les presser à sa mise en œuvre.

Toujours sur le dialogue avec les groupes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique,  le ministre Le Drian rapporte que  la position de la France était également celle  des pays du G5 Sahel, de la communauté internationale et  du Conseil de sécurité.

Cette dernière phrase contredit la récente déclaration du Secrétaire Général des Nations-Unies, Antonio Guterres, qui, dans un entretien par  visioconférence avec le journal français Le Monde, a déclaré « «Il y a des groupes avec lesquels on pourra discuter et qui auront intérêt à s’engager dans ce dialogue pour devenir des acteurs politiques du futur. »

Il faut noter que cette position du Ministre des Affaires Étrangères de la France a été nuancée par  le Chef du Gouvernement de la transition, Moctar Ouane,  qui lui a directement rappelé que  le dialogue avec les groupes Djihadistes était une recommandation du dialogue national Inclusif, tenue  en décembre 2019.  Cette concertation nationale qui a réuni toutes les forces vives du pays  avaient suggéré de dialoguer avec Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghaly, les chefs jihadistes du Centre et du Nord du Mali. Et les autorités de la transition du Mali  semblent s’inscrire dans cette logique  parce que,  déclare le premier ministre malien,  «cette possibilité de dialoguer est une opportunité d’engager une vaste discussion avec les communautés afin de définir les contours d’une nouvelle gouvernance des espaces. Cela va nécessiter (…) un séquençage et une coordination avec nos partenaires notamment ceux qui interviennent sur le plan militaire. »

La possibilité de dialoguer avec les groupes djihadistes  commence  à avoir échos au-delà des frontières du Mali. Après  le Secrétaire Général de l’ONU, le commissaire de l’Union africaine (UA) à la Paix et la Sécurité, Smaïl Chergui,  avait  également laissé entendre  l’idée «d’explorer le dialogue avec les extrémistes ».  L’Union africaine  évoque ce dialogue afin de  “faire taire les armes” dans le Sahel en référence à  l’accord conclu  récemment entre les Etats-Unis et les talibans afghans.

 Maliweb

Lire aussi

Mali : les médiateurs indignés par les nominations au ministère de la Réconciliation...

Après la nomination de nombreux militaires à la tête des régions, les nominations de Marcelin Guenguere, chef de cab...

Mali : plusieurs terroristes neutralisés dans une opération conjointe dans le secteur de Boulikess...

Au cours de la semaine écoulée, à partir d’une manœuvre de renseignement, le Sous-groupement de commandos parachut...

Mali : 6 morts et des portés disparus, le jihadisme s’étend à Dogofry...

Hier 26 novembre, c’est le village de Dogofry K6 qui a subi un assaut mené par plusieurs individus armés. Six person...

Mali : rareté des opportunités politiques, les politiciens contraints d’aller cultiver la terre...

Difficile période de transition pour la classe politique. Des leaders politiques sans emplois sont contraints d’aller...