Mali : La farandole des complices contre un peuple pris en otage dans les législatives

Le 29 mars prochain, les Maliens sont appelés aux urnes pour élire leurs députés à l’Assemblée. Opposition et majorité sont au front pour solliciter l’électorat parfois ensemble sur les mêmes listes afin de solliciter le suffrage du peuple. Le paradoxe, que se disent-ils alors qu’ils (opposition et majorité) se sont mis à se vilipender durant 5 ans sinon 7 ans comme de vrais ennemis ?

La campagne électorale bat son plein avec des projets séduisants parfois utopiques des hommes politiques. Une occasion de se faire meilleur porte-parole des sans voix à l’Assemblée Nationale ceci, pour 5 années à venir. Le contraste lors de cette élection ce n’est pas l’opposition entre les partis politiques avec des projets de sociétés aussi riches qu’utopiques, mais la surprise de retrouver les acteurs politiques de l’opposition et de la majorité sur les mêmes listes pour défendre un même projet. Normalement, la démarche est à féliciter et encourager dans la mesure où tous concourent au développement de notre cher Mali.

Le paradoxe, c’est que pendant les 5 années écoulées, les mêmes acteurs aujourd’hui complices dans les discours pour solliciter le suffrage des Maliens, étaient il y a seulement quelques mois des ennemis jurés et chacun faisait de son possible pour peindre son adversaire comme le plus méchant diable que la planète terre n’ait jamais connu et qu’il ne fallait prêter aucune valeur humaine.

Et malheureusement, dans ces discours diabolisant les uns et les autres, c’est la population qui est victime et de surcroit laissé pour compte en fin de course. Car ces discours ont beaucoup divisé les populations et ont même fait des victimes pour des raisons d’appartenance politiques.

Voilà qu’un beau matin, l’on retrouve par exemple le RPM et l’URD sur une même liste pour défendre un projet commun au nom des ambitions électorales pour un visa à l’Assemblée nationale. Face à cette démarche, il convient, même si la loi ne l’interdit pas, faire preuve d’éthique politique dans les paroles et les actes. Et si le peuple était la victime face à ce qui se passe aujourd’hui, parce qu’elle n’est pas en fait la finalité du combat politique, mais plutôt un moyen pour parvenir aux objectifs politiciens. De quel peuple nous parlent ces politiques quand il est mis de côté lorsqu’il s’agit des élections législatives !

Certains observateurs sont allés jusqu’à s’interroger pourquoi la même chose ne se fait lors de l’élection présidentielle pour éviter ainsi que les familles ne se divisent, voire occasionner des violences gratuites et à la fin les politiques se retrouvent ensemble pour savourer ?

Au regard de ce qui précède, l’opposition et la majorité sur un même podium dont le peuple est pris en otage pour des desseins politiques, est un fait qui donne à réfléchir. Et aujourd’hui il revient à la population malienne d’en tirer des leçons de ce que visent ces hommes politiques à travers leur discours. Peuple malien, tu es bien averti !

Le Combat

Lire aussi

Mali: liberté provisoire pour l’artiste Sidiki Diabaté...

Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a accordé au chanteur malien Sid...

Barkhane: trois soldats français ont été tués au Mali...

Trois soldats français ont été tués lundi par une bombe artisanale dans la zone des “trois frontières”, dans le...

Mali: l’AMDH se « réjouit des conditions de détention » des cinq personnalités initialement a...

Arrêtées et détenues par les services de renseignement pendant une semaine, cinq personnalités civiles, dont le cél...

Décès de Soumaila Cissé: la dépouille mortelle arrive le 31 décembre au Mali...

La dépouille mortelle de Soumaila Cissé arrive à Bamako, jeudi, et son enterrement est prévu vendredi 1er janvier 20...