Mali : la France espère réduire sa présence militaire dans le sahel

Aux dires de multiples sources militaires, la France souhaiterait retirer plusieurs centaines de soldats de son contingent actuel de 5 100 hommes.

Moins d’un an après avoir envoyé des centaines de soldats supplémentaires au Sahel, la France espère réduire sa présence militaire dans la région agitée pour faire place à un engagement européen plus fort, selon des sources de l’armée.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et la ministre de la Défense Florence Parly se sont rapidement rendus au Mali au cours des dernières semaines pour aider le gouvernement à évaluer la présence française au Sahel, la région subsaharienne où des milliers de soldats sont stationnés depuis 2014 dans le cadre de la force de lutte contre les djihadistes, Barkhane.

«Nous approchons de la fin de l’année, un moment naturel pour évaluer nos progrès», a déclaré Parly lors de sa visite.

Le président Emmanuel Macron a déclaré au cours de l’été que la France restructurerait Barkhane d’ici la fin de l’année.

Selon plusieurs sources militaires qui se sont entretenues avec l’AFP et ont demandé à ne pas être nommée, la France souhaiterait retirer plusieurs centaines de soldats de son contingent actuel de 5100 hommes.

Cela le ramènerait aux niveaux déployés avant une recrudescence de l’activité en janvier lorsque le nombre croissant d’attaques djihadistes a stimulé la présence des troupes françaises.

Le ministère de la Défense a refusé de commenter les plans de réduction des effectifs.

Barkhane a remporté des victoires majeures en coopération avec ses partenaires locaux, notamment contre le groupe État islamique au Grand Sahara (ISGS) dans la région frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

L’ISGS est désormais «singulièrement affaibli», a déclaré le général Marc Conruyt, commandant de Barkhane , «même si nous devons rester vigilants».

Les experts affirment qu’une des principales vulnérabilités exploitées par les djihadistes est l’incapacité de nombreux gouvernements centraux de la région à sécuriser et à approvisionner des territoires éloignés après une victoire militaire.

Souvent, ils ne peuvent pas fournir protection, éducation et services de base, laissant les populations locales se débrouiller seules, y compris contre toute résurgence djihadiste.

L’A400M français abandonne ses fournitures au Niger
Un avion de transport français Airbus A400M Atlas largue des fournitures aux troupes au Niger, mars 2020.

Un autre groupe, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda, a entre-temps profité de l’accent mis par la France sur l’ISGS pour se renforcer.

«Ils sont maintenant les ennemis les plus dangereux du Mali et des forces internationales», a déclaré Conruyt.

Cinquante soldats français sont morts au Sahel depuis 2013, suscitant chez eux une introspection sur le coût du conflit.

«Sept ans plus tard, la situation n’évolue pas favorablement sur le terrain, malgré nos grands succès tactiques», a averti le député français Thomas Gassilloud , qualifiant le coût de l’opération Sahel de «grand, trop élevé».

Pour alléger la charge, la France espère un plus grand soutien militaire de ses partenaires européens à travers la Task Force Takuba qui assiste le Mali dans sa lutte contre les djihadistes.

Des soldats estoniens ont participé à une mission le mois dernier et un contingent tchèque est attendu sous peu, rejoint par des Suédois en 2021.

«La France a été seule pendant longtemps, mais elle n’est plus seule», a déclaré Parly. «Je suis très optimiste sur le fait que nous allons maintenant changer de vitesse», a-t-elle déclaré.

La France espère également que ses partenaires africains dans la région pourront assurer leur propre sécurité une fois que la pire menace djihadiste aura été écartée par l’alliance étrangère.

AFP

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...