Mali : la jeunesse malienne sous l’emprise des stupéfiants

Stupéfiants, Jeunesse, Mali,

La consommation abusive des stupéfiants est un fléau bien réel au Mali. Les jeunes s’adonnent de plus en plus à ces produits, qui non seulement jouent sur leur santé mais les incitent aussi à commettre des délits ou crimes irréparables.

Le célèbre comprimé Tramodol et ses dérivés, l’herbe de cannabis, le Diazépam, le comprimé « 14 » ou encore le « Panneau solaire » sont entre autres des stupéfiants consommés par les jeunes âgés de 17 à 30 ans. Sous l’emprise de ces produits, ils volent, braquent, agressent, violent et perturbent par la même occasion la quiétude sociale. Au commissariat du deuxième arrondissement de Bamako, le capitaine de police Isaac Baya, chef de la Brigade des recherches, nous rapporte que 90% des personnes interpellées pour des crimes sont des jeunes qui se droguent. Les forces de l’ordre se retrouvent face à un sérieux problème et luttent pour démanteler les réseaux, selon le capitaine.
« À travers nos patrouilles, nos descentes et beaucoup d’autres opérations de police, nous avons démantelé certains
des réseaux mères, mais il reste beaucoup à faire ». Le capitaine souligne aussi le côté social, qui joue beaucoup sur
leur travail, car les parents qui les dénoncent sont les mêmes qui retirent leurs plaintes et les supplient de les libérer. « Nous ne voulons pas voir nos enfants derrière les barreaux, c’est juste à titre correctionnel qu’on les amène ici», voici la requête des parents auprès de la police. Visiblement, les jeunes consommateurs ne sont que des victimes, à en croire les propos de certains parents, et c’est plutôt la police qui doit garantir la sécurité de la population. L’État doit aussi réagir. « Ces jeunes sont justes victimes de notre système, c’est plutôt à l’État d’empêcher l’importation de ces stupéfiants dans notre pays et aux forces de l’ordre de renforcer les mesures de sécurité ». C’est ainsi que raisonne Traore Aly, père de famille à Lassa. Lassa est un quartier de la Commune IV du District de Bamako réputé, abrité par des consommateurs de drogue en tout genre. « Ici, presque tous les jeunes consomment de la drogue. C’est pourquoi ils sont toujours sur leurs gardes. À chaque fois qu’ils voient une nouvelle tête en train de roder dans la zone, ils prennent tous la fuite, pensant que c’est la police», nous explique Bafin, un jeune tailleur qui habite à Lassa. Des consommateurs occasionnels aux as des drogues, chacun en prend pour une raison différente. Un amateur a accepté de nous éclaircir sous anonymat. « Les gens oublient que la consommation des drogues n’est nullement nuisible quand la dose est contrôlée. Moi, j’en prends juste pour me détendre. Mais d’autres le font pour être endurants au lit. Par exemple, le Tramadol peut aussi jouer le rôle d’aphrodisiaque ». Toujours selon notre source, les grands consommateurs en prennent pour commettre des délits et des crimes, car ces produits stimulent aussi le courage chez les drogués.

Lire aussi

Mali : un convoi de l’Imam Mahmoud Dicko victime d’un accident de circulation sur la route de Ni...

L’imam Mahmoud Dicko  accompagné de Dr Choguel Kokala Maïga  a été reçu, hier, à Nioro du Sa...

Mali : Enlevé il y’a près d’un mois, le chef militaire du HCUA à Amrouch retrouvé mort...

Les faits sont survenus, le mardi 11 août dernier, dans le cercle de Goundam, région de Tombouctou. Le corps sans vie ...

Crise au Mali : le mouvement de contestation refuse de rencontrer le président Ibrahim Boubacar Ke...

Le M5-RFP a rejeté la proposition de Goodluck Jonathan, envoyé comme médiateur par la Communauté économique des Eta...

Mali : le chérif de Nioro à Dicko et compagnons : « J’accuse le M5-RFP d’être resté loin de...

L’autorité morale du mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), l’imam Mahmoud Dicko, &nbs...