Mali : l’armée malienne suspectée de tuer un peulh et d’arrêter 60 autres dans le centre  

Alors que des associations continuent à s’inquiéter des violations des droits de l’homme dont sont victimes les populations dans le centre, une patrouille de l’armée malienne dans la commune de Mondoro est suspectée de tuer un peulh et d’arrêter 60 autres.

Depuis le 10 décembre dernier, une patrouille de l’armée malienne sillonne la commune de Mondoro, dans le centre du Mali pour fouiller les villages à la recherche des combattants liés à Al Qaida qui font des embuscades et posent des mines aux soldats maliens. « L’armée est à la recherche de Oumar Ngoiba, le chef de la katibat locale de Almourabitoine, une branche de Aqmi », nous dit une source bien informée.

Le premier village fouillé est celui de Gondowaré. Aucune arme trouvée. Les soldats s’excusent auprès de la population pour le « désagrément » puis quittent le lieu. Tout va bien, mais le lendemain, les choses commencent à se compliquer lorsqu’un berger peulh a été retrouvé mort après le passage d’un convoi des forces armées malienne à la sortie du village de Dioulouna.

Le 11 décembre dernier « à la sortie du village de Dioulouna, les soldats tuent un jeune berger peul et l’enterrent à la hâte, avant de continuer le chemin sur Toikana, un autre village peulh», dit un autre habitant de Mondoro. C’était le début des hostilités. Une mine explose au passage de la patrouille de l’armée entre deux villages peulh à un kilomètre du village de Toinkana, dans la localité de Managou. « Deux guides de l’armée, tous de la milice dogon sont morts dans cette explosion », dit un habitant. Celui-ci ajoute « pris par la colère, les soldats retournent au village peulh de Managou, puis arrêtent tous les hommes qui se trouvaient dans le village avant de les passer à tabac puis les exposer au soleil jusqu’à 16h avant de les embarquer dans les pick-up de l’armée. Les proches n’ont plus leurs nouvelles ».

Le 13 décembre dernier, cette même patrouille guidée par des membres de la milice dogon a fait irruption dans le village peulh de  Mougnoukana. « Des membres de la milice dogon sur une dizaine de moto ont conduit l’armée dans notre village. Ils ont pillé le village et ont embarqué les hommes du village », nous confie un habitant de Mougnoukana.

Selon plusieurs témoins, l’armée malienne,guidée par des membres des milices dogons sur des motos a arrêté plus de soixante peulhs lors de cette opération avant de les conduire vers une destination inconnue. « Il y a effectivement une patrouille dans la commune de Mondoro, mais je ne peux pas faire des commentaires sur une opération en cours », a dit le colonel Diarran Koné, porte-parole de l’armée malienne. « S’il y a eu des arrestations, les personnes concernées seront interrogées  et suivront les procédures établies comme tous ceux qui sont arrêtés. C’est tout ce que je peux dire à ce stade », dit-il.

Plusieurs ONG de défense des droits de l’homme ont publié des rapports dans lesquels elles font état de graves violations des droits de l’homme. Des centaines de civils peulhs assimilés à des djihadistes sont morts dans le centre du Mali.

Boureima Diallo

Lire aussi

Mali : le pays compte plus de 346 fabricants d’armes à feu...

Au Mali, les armes de fabrication locale sont très répandues. Il existe dans notre pays, plus de 346 artisans fabric...

Mali : le président du Haut conseil Islamique, Ousmane Madani va demander des explications à la M...

En conférence de presse, le dimanche 16 juin 2019, le président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), Cherif Ousma...
Opération, Barkhane, FAMAS, Gao, Gossi,Mali,

Mali : Ménaka, 20 terroristes neutralisés par des FAMAs et Barkhane....

Nos Famas et les forces Barkhane auraient neutralisé plus de 20 terroristes dans la région de Ménaka. C’était au c...

Mali : Mamadou S. Coulibaly: «Notre économie va pâtir de la situation sécuritaire mais sera ga...

Au centre du pays, le secteur privé ne pourra se projeter tant que l’Etat n’aura pas rétabli la sécurité et red...