Mali : le maire de Tombouctou épinglé pour mauvaise gestion

Aboubacrine Cissé, Tombouctou, Mairie

Des élus locaux ont saisi le préfet du cercle de Tombouctou dans une affaire « d’augmentation unilatérale » du budget 2018 du conseil communal par le maire de la commune urbaine, le 28 mars dernier. La société civile dénonce également une mauvaise gestion.

Faits gravissimes, augmentation unilatérale du budget 2018, prises de décisions unilatérales et individualistes sont entre autres quelques accusations contre le maire de la commune urbaine de Tombouctou, Aboubacrine Cissé. Ils sont trois parmi ses conseillers municipaux, dont son premier adjoint à saisir le préfet. Les trois élus ont déposé une « plainte contre le compte administratif du maire, exercice 2018 » au près du préfet du Tombouctou.

Ces conseillers lui reprochent d’avoir modifié unilatéralement le budget 2018 de la mairie, voté suivant une délibération du conseil communal, le 29 juin 2018 et approuvé par le préfet. Le budget en question  s’élève à 1 389 816 535  francs CFA alors que le jeudi 28 mars le maire a présenté aux conseillers municipaux un autre qui s’élève à 1 593  073 765 francs CFA soit un excédant de 203 257 230 francs CFA sur le budget voté et approuvé préalablement.

Dépenses sans justification

Le nouveau budget qui fait polémique a été voté par 17 personnes contre 4 et 2 absentions, selon le document. Inalbara Ag Zeda fait partie des plaignants. Joint au téléphone, très énervé, il explique le motif de la saisie du préfet. « C’est essentiellement par rapport au budget, ce qu’il a présenté et qui n’est pas conforme à la délibération qui a été approuvé par tous. C’est une décision unilatérale.  Je ne sais pas comment le maire nous présente un budget qui nous pas été soumis », dénonce l’élu.

Dans la note adressée au préfet, « il n ya pas de conformité entre les réalisations du compte administratif 2018 du maire en comparaison avec le compte de gestion 2018 du trésorier payeur dans le volet recettes d’investissement ». Pour les plaideurs qui qualifient de « gestion floue »  ce passage explique clairement la mauvaise gestion du maire.  C’est ainsi que Alassane Fatahala se confie à nous. « Les dépenses qu’on doit trouver chez le maire doivent être les mêmes que celles du trésorier. On a trouvé qu’elles sont différentes. Toutes les questions posées au maire dans ce sens n’ont pas eu de réponses satisfaisantes », décrie, cet autre élu.

Version carrément démentie par le maire de la ville de Tombouctou. « Toutes les dépenses ont été faites dans les règles de l’art. Nous, quand on fait des dépenses on passe par un fournisseur et c’est est lui qui engage les dépenses » soutien-il, avant de rassurer « Nous avons toutes les pièces justifiant nos dépenses », explique le maire Aboubacrine Cissé.

Mauvaise gestion

La gestion du maire est décriée également par la société civile. Baba Moulaye, le président du forum des organisations de la société civile de Tombouctou affirme que le maire a montré ses limites. Selon lui, il n’est presque pas impliqué dans rien dans sa propre commune. Il n’est informé d’absolument rien.  La société civile salue l’initiative des élus qui ont porté l’affaire devant le préfet du cercle. « C’est une avancée significative pour nous. La dénonciation est démocratique. Si on dénonce c’est pour avancer. Si les conseillers interpellent le maire, c’est pour régler un contentieux. Même les conseillers  de son parti  l’avaient interpellé un moment pour le mettre en garde contre sa mauvaise gestion. Ce n’est un secret de polichinelle pour personne, et c’est grave pour lui. »

Tombouctou ville

« Beaucoup d’anomalies » dans la gestion des biens de la collectivité  incitent les conseillers municipaux  à demander la vérification  par la section des comptes de la Cour suprême  de l’exécution du budget de la commune. Par exemple, c’est le cas de plus de 11 000 000 francs CFA qui sont en « attente », mais les conseillers n’arrivent pas à localiser la somme. Selon eux, le mot employé manque de sincérité. Une autre inquiétude, sur les recettes de 111 000 000 francs CFA, la mairie n’a mobilisé que  1 663 510 Francs cette année.

La réplique

Le maire de la commune de Tombouctou rejette en bloc ces accusations. Il se positionne et se défend contre ces détracteurs. « Je m’inscris d’abord en faux contre toutes  ces déclarations.Moi-même je prépare un document pour répliquer  que je dois l’ envoyer au préfet », réplique, Aboubacrine Cissé.

« Je vais même le  lancer sur les réseaux sociaux comme ils l’ont fait », ajoute le maire.

Le maire signe, insiste  et persiste. « Il n ya pas eu de changement dans le budget. Tout le problème se situe à ce niveau. Il y’a un budget additionnel et définitif. Et tout a été fait à leur présence ».

Aux dires du président de la société civile, « les citoyens ont raison de s’inquiétersi les fonds qu’ils ont votés sont bien utilisés ou pas. Si ces fonds ne sont pas bien utilisés, l’État et les partenaires ne seront pas contents. Ils ont raison de porter plainte », soutient Baba Moulaye.

Ça ne va pas

« Tout le monde sait que la commune n’avance pas.  Chaque fois qu’il ya un marché, il ya blocage. A chaque session il ya blocage donc ça veut dire qu’il ya une mauvaise gestion. Récemment Il y’a eu un blocage de six mois entre le maire et son secrétaire général par rapport à un marché. Cela veut dire que ça ne va pas à la mairie », ajoute, Baba Moulaye.

Dans la question d’augmentation du budget 2018,  accusés d’être « les complices de la violation de la loi »,  certains conseillers qui ont voté le budget qui fait polémique refusent toute réaction par rapport à cette accusation. Joints au téléphone, deux conseillers n’ont pas souhaité se prononcer. D’abord  Ramatou Sene, la 3ème adjointe qui a refusé tout commentaire. Elle dit ne pas être informéede la saisie du préfet. Abou Inamoud, le quatrième adjoint qui n’a également pas réagi à notre sollicitation.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...