Mali : les enseignants désertent les classes pour la rue

A l’appel des huit syndicats signataires du 15 octobre 2016, les enseignants maliens sont descendus dans les rues ce 6 mars pour « revendiquer leur droit » face à « l’insouciance » du gouvernement à trouver une solution à leurs revendications.

De Bamako à Gao en passant par Kayes, Tombouctou ainsi que dans d’autres localités du pays, les enseignants ont battu le pavé pour dénoncer leur situation.  Des vacarmes, des cris des contestations,  des messages à l’encontre du gouvernement, c’est à travers ces mots que les marcheurs de la capitale expriment leur ras-le-bol. Ils sont plusieurs centaines de personnes à prendre le départ ce matin à la place CAN, dans l’ACI 2000. Parmi les manifestants beaucoup portent des foulards rouges, pour montrer la détresse des enseignants et le danger auquel fait face l’école malienne. Seydou Fomba, porte-parole déclare. « Si le gouvernement continue sur cette lancée, l’année sera blanche », lance –t-il.

Les marcheurs brandissent des pancartes sur lesquels on peut lire « les enseignants ont droit à un logement » ou « oui à la justice et à l’égalité » ou encore « un peuple sans éducation est un peuple sans avenir ». Des revendications qui les opposent au gouvernement.

Mouvement de protestation suivie également à l’intérieur du pays. Comme par exemple à Tombouctou, dans la ville, les enseignants protestent à l’instar de leurs collègues des autres localités du Mali. « Nous ne revendiquons pas que pour l’argent », déclare Mahamane Baba dit Yaba, secrétaire général du Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (Sypesco).  Les enseignants ont manifesté leur colère ce matin sur toute l’étendue du territoire par une marche pacifique.

Depuis le début de l’année scolaire au mois d’octobre dernier, un bras de fer oppose le gouvernement aux enseignants qui demande plus de protection dans les zones d’insécurité et une meilleure couverture sociale. Le 21 février, le ministre de l’Économie et des Finances a adressé une lettre à son collègue de l’Éducation nationale pour l’informer de « la retenue sur salaire des enseignants gréviste pour le mois de février. Ce qui a fâché les enseignants qui ont décidé de montrer leur colère à travers cette marche de protestation.

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...