Transition au Mali : les militaires à la présidence de la transition..?

Pourquoi doit-on laisser les militaires diriger la présidence de la transition ? Plusieurs raisons politico-fondamentales relèvent une thèse militaro-politique qui assure un Mali nouveau qui soit construit par les militaires putshistes de 18 août 2020.

Puisque, eu égard des circonstances du choix d’une « transition dirigée par un civil », chacun tire de son côté son civil pour dirigé la Transition. Résultat comme le dit les saintes écritures, la Bible « Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier ». Il n’en sera pas ainsi. Un Mali nouveau, rien qu’un Mali nouveau! Les militaires viennent de démontrer  le signe de la restauration de l’autorité  à travers le communiqué du 6 septembre dernier, demandant aux députés et anciens  ministres de rendre les macarons et  véhicules  avant 8 septembre. Et c’est-ce qui a été fait.

 Les analyses du journal le Pays sur onze points.

1_ ils sont les premiers à payer très cher le prix de l’insécurité.

2_ les civils au pouvoir  ont préféré faire de cette crise sécuritaire un fond de commerce.

3_ Depuis le départ de IBK et son régime les militaires ont gagné non seulement la morale mais ils ont aussi  fait des victoires écrasantes.

4_ le transport impossible du corps des militaires est devenu possible grâce à leur  engagement.

5_ les avions militaires survolent tout le territoire du Mali sans l’accord de la Minusma  et de la Barkhane.

6_ la souveraineté militaire est devenue  une  réalité et les militaires sont maîtres des renseignements militaires qui passaient par  d’autres  mains.

7_ la région de mopti est à  70% sécurisée, il suffit de dégager la route des  poissons  pour  que les activités reprennent.

8_ Toutes les couches politiques et sociétés civiles sont divisées et partisanes, chacun parle de civil mais  chacun pense à son civil donc il n’y aura pas d’unanimité.

9_ ils viennent de démontrer  le signe de la restauration de l’autorité  à travers le communiqué  demandant aux députés et anciens  ministres de rendre les macarons et  véhicules  avant 8 septembre.

10_ le changement de la chaîne de commandement et la présence des hauts gradés  sur le  terrain  contrairement au pouvoir de IBK.

11_ le discours  du  premier vice-président  en faveur  de la refondation dans l’objectif d’un nouveau Mali  est également rassurant.

Cependant, les militaires doivent tout de même suspendre la constitution et  dissoudre les institutions  en révisant l’acte fondamental afin de  sortir du bricolage juridique.

Nordsudjournal avec le Pays

Lire aussi

Mali : « Je ne veux pas le pouvoir », mais rien ne se décide sans qu’il ne soit Assimi Goïta, ...

Clin d’œil, Assimi Goïta affirme ne pas vouloir du pouvoir, mais rien ne se décide sans qu’il ne soit Assimi Goï...

Mali : Une plateforme de réflexion sur la problématique des Engins Explosifs Improvisés...

Le Secrétariat Permanent de la Lutte contre la Prolifération des Armes Légères et de Petits Calibres en partenariat ...

Terrorisme au Mali : Un soldat égorgé par des hommes armés non identifiés à Gossi...

Le 23 novembre dernier, encore dans la nuit, un élément des Forces Armées Maliennes (FAMa) a été égorgé par des h...

Mali : Ministre Ould Mahmoud invite les acteurs du domaine des pesticides à se conformer aux régle...

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), Mohamed Ould Mahmoud a présidé hier 24 novembre...