Mali : Les producteurs de coton menacent de boycotter la campagne agricole 2020-2021

Deuxième pays producteur de coton en Afrique, le Mali pourrait perdre sa position à l’issue de la campagne agricole 2020-2021. Pour cause les cotonculteurs menacent de rester les bras croisés si certaines de leurs doléances ne sont pas prises en compte.   

C’est une triste nouvelle qui doit inquiéter. Le Mali, deuxième pays producteur de coton en Afrique fait face à une campagne agricole menacée sinon très menacée suite à l’indignation des syndicats des cotonculeurs qui projettent de ne pas cultiver le coton pendant cette saison hivernale.

En effet, l’indignation de ce monde tourne autour de trois points essentiels qui suscitent leur colère : la détention préventive de Bakary Togola et ses trois codétenus dans l’affaire dite « ristournes de la Confédération des Sociétés coopératives des producteurs de coton » ; la fixation du prix de l’engrais à 18 000F par le gouvernement au lieu de 11 000F. Auxquels s’ajoute la réduction du prix par kilogramme du coton à 250F le premier choix et 225f le deuxième choix.    

Selon le président des syndicats des producteurs de coton, M. Mènè Diallo la décision de ne pas le cultiver le coton sur cette base est commune. Car venue des cotonculteurs sur l’ensemble du territoire national. Dans ses explications, M. Diallo a rendu public le message des producteurs de coton qui considèrent l’affaire dite des ristournes comme un linge salle qui doit se laver en famille. Car ces présumés fonds détournés ne sont ni du gouvernement encore moins de quelqu’un d’autres. Donc de permettre aux quatre détenus de recouvrer leur liberté le plus vite possible sans quoi il y aura une campagne agricole morte.  

Parlant des deux autres points, Mènè Diallo au nom des producteurs maliens de coton propose 255F le Kg et 11 000F pour le sac d’engrais. A l’en croire, les cotonculteurs tiennent à ce que le gouvernement prenne en compte ces propositions.  A défaut, le pays ne récoltera aucune graine de coton cette saison hivernale.

En attendant il faut craindre le pire car si toutefois le gouvernement traine les pas et que les producteurs de coton restent sur leur décision, le pays pourrait subir les conséquences sur le plan économique.

Mali.online

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...