Mali : les trousseaux de mariage deviennent un fardeau pour les femmes

Trousseau, Mariage, Mali

Peu importe les moyens financiers dont disposent les parents, chaque famille veut mettre haut la barre pour célébrer le mariage d’une fille. L’extravagante constitution du trousseau de la jeune mariée, bien que n’étant pas une obligation imposée par une quelconque tradition ou coutume, relève plus d’un désir  d’impressionner et devient de plus en plus problématique.

Des mariages retardés à cause d’un « trousseau non suffisant », des cérémonies reportées, des couples en instance de mésentente, troublés dès les premières heures de leur union par les grandes exigences liées à la composition du trousseau de la mariée, voilà à quoi font face les Maliennes de nos jours. Selon la tradition, le trousseau était une pratique qui consistait à juste donner à la nouvelle mariée des ustensiles de cuisine et quelques outils pour commencer sa vie de couple. Mais l’on constate que la pratique a perdu tout son sens. En effet, pour certaines femmes, il faut forcément se surpasser, s’endetter s’il le faut, pour « aider sa fille à tenir la tête haute dans sa belle-famille ». Et cela passe par le volume de son trousseau de mariage.

« De nos jours, le respect de ta belle-famille dépend aussi de la qualité et de la quantité de ton trousseau. Les gens sont de plus en plus matérialistes et la société ne pardonne pas, raison pour laquelle nous, les femmes, faisons l’impossible pour bien garnir les trousseaux de nos filles »,  affirme  Mme Konaté  Rokia, une maman à la retraite. Son avis est  partagé par plus d’une, comme  Saran, commerçante au marché de Wolofabougou, qui avoue  avoir eu à  repousser  le mariage de sa fille à deux reprises afin de lui constituer un trousseau digne de ce nom. « Voir sa fille se marier est l’un des plus grands bonheurs dans la vie d’une mère, mais cela implique aussi une grande angoisse, surtout si l’on n’est pas financièrement prête à faire face aux dépenses du mariage. Personnellement, j’ai repoussé deux fois le mariage de ma fille, faute de moyens ». Cette maman reconnait qu’elle voulait juste échapper aux critiques de la famille et de la société, qui n’auraient pas manqué de susurrer : « après toutes ces années dans le commerce, elle n’a pu rien offrir de valeur à sa fille! ».

Si les femmes se plient en quatre pour impressionner leur belle-famille, certains hommes désapprouvent totalement  cette idée, et parfois il arrive qu’ils renvoient la moitié du trousseau de leurs jeunes épouses. Boubacar, un homme marié il y a à peine un an, semble être de ce genre. « Les femmes exagèrent souvent. À quoi ça sert de remplir des minibus avec ce qu’elles appellent le trousseau de la mariée quand le mari n’a pas assez d’espace pour le recevoir ? Depuis notre mariage, ma femme m’en veut d’avoir renvoyé une grande partie de ses affaires de jeune mariée, mais je ne pouvais pas non plus me promener avec sur la tête ou céder ma chambre », s’exclame-t-il.

Même si la société peut paraître responsable de ce phénomène et qu’elle pousse la plupart des mamans à commettre des folies pour se faire plaisir et plaire à leur fille, il existe certainement de meilleurs moyens que les dépenses extravagantes pour le fameux trousseau. Surtout quand on sait que ces nombreux ustensiles se dégradent dans bien des cas avant même leur première utilisation. Il serait temps de revoir la meilleure manière de contribuer à la nouvelle vie au foyer de la jeune mariée.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...