Mali : l’ONU prolonge d’un an son régime de sanctions contre les personnes qui entravent l’application de l’accord de paix

Le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité jeudi 29 août une résolution renouvelant pour un an le régime de sanctions frappant certains individus, ainsi que la mission de surveillance du Panel d’experts, chargé de recenser les violations de l’accord de paix de 2015.

La séance du Conseil de sécurité a duré exactement deux minutes jeudi. La présidente polonaise a soumis aux voix le texte rédigé par la France. Unanimité, tous les ambassadeurs lèvent la main. Les 15 membres adoptent la résolution 2484.

Il faut dire que rien n’a beaucoup changé au Mali par rapport à l’année dernière. Les sujets d’optimismes sont rares. La proposition française s’appuyait sur le rapport annuel du Panel d’experts publié au début du mois. Dans ce long document d’enquête, les experts de l’ONU faisaient un tour d’horizon de la situation dans le pays et détaillaient tout ce qu’ils estiment être des violations de l’Accord d’Alger de 2015.

À Bamako, disent les experts de l’ONU, les promesses d’accélération des réformes institutionnelles n’ont pas été tenues. Le processus de désarmement et de réintégration de 63 000 combattants n’a pas commencé.

Dans le nord du pays, les experts démontrent que la situation est toujours aussi inextricable. Les querelles incessantes entre groupes armés ou à l’intérieur même des groupes politico-militaires minent tout effort de coordination des différents acteurs. À cela s’ajoute la collusion de certains éléments avec des groupes terroristes, notamment le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, le JNIM en arabe.

Les experts dénoncent la bureaucratie abusive perturbant l’aide humanitaire, particulièrement à Kidal. Et ils détaillent enfin les très lucratifs trafics – de migrants, de cannabis ou de cocaïne – auxquels s’adonnent dans le Sahel certaines personnalités connues, selon leur enquête : acteurs politiques, mais aussi complices de réseaux criminels actifs de la Mauritanie au Niger et de la Guinée Bissau au Sénégal. « Les intérêts des groupes armés dans le crime organisé, expliquent les experts, fournissent une motivation supplémentaire pour perturber ou ralentir la mise en œuvre de l’Accord d’Alger ».

Lire aussi

MALI : Des experts de l’ONU demandent l’abandon des poursuites engagées contre un journaliste e...

Des experts de l’ONU ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient alarmés par le maintien en détention d’un journ...

MALI : 22 administrateurs civils sur 131 physiquement présents à leur poste au nord du pays...

Dans le dernier rapport des Nations Unies, parlant du rétablissement de la présence et de l’autorité́ de l’État...

MALI : Les FAMa neutralisent à nouveau des assaillants à Ansongo...

L’Armée malienne a de nouveau mis en déroute des éléments d’un groupe armé terroriste, précisent des sources m...

LUTTE ANTITERRORISTE: La Force G5-Sahel dénonce les «allégations d’exactions» imputées à...

Dans un communiqué publié ce jeudi 8 avril 2021, la Force conjointe du G5 Sahel dément des « rumeurs sur les réseau...