Mali : M5-RFP pour une transition civile avec une durée de 18 ou de 24 mois

Concertations autour de la Transition Malienne. Le M5-RFP opte pour une transition politique civile. Au moment où les travaux de validation des TDR battent leur plein, en prélude aux  concertations nationales pour la transition, le Président du comité stratégique du M5-RFP, Choguel Kokala Maïga, nous livre la position du M5-RFP sur la transition, les relations avec la junte du 18 août, etc.

Le Président du Comité Stratégique du  Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) explique qu’au jour d’aujourd’hui, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour le Mali, à travers les concertations qui se tiennent à Bamako et dans les chefs-lieux des régions. « A la faveur de ces concertations, le  M5-RFP dévoilera en public sa  stratégie et ses propositions pour que la transition ne puisse pas échouer. La position du M5-RFP, c’est une transition politique civile,  conduite par un  civil ! Nous l’avons fait savoir aux membres du  Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP). Nous défendons cette position, qui fait l’unanimité au sein de notre Mouvement », indique clairement celui qui assure par ailleurs l’intérim de la présidence du FSD, l’ancien regroupement de l’opposition au régime défunt.

Par rapport aux discussions menées, entre le M5-RFP et le CNSP, le président du MPR affirme que : « Le M5-RFP a été clair avec les membres du CNSP, en leur disant qu’ils ne peuvent pas gérer la présidence de la transition, car leur mission n’est pas de faire la politique, mais plutôt de défendre le Mali et de sécuriser sa population. Le monde a changé : un militaire ne peut faire un coup d’Etat et rester à la tête du pays. C’était possible, il y a une vingtaine d’années mais aujourd’hui, c’est impossible. Et c’est le même message que les anciens Chefs d’Etats du Mali leur ont livré quand ils sont allés à leur rencontre. De plus, l’iman Dicko leur a fait une mise en garde quant à la tentation de vouloir confisquer la victoire du peuple malien. L’autorité morale du M5-RFP leur a expliqué qu’il ne souhaiterait pas que les résultats de la lutte se soldent par des sanctions imposées au peuple malien, par la communauté internationale. Nous estimons que les militaires ne doivent pas rester au pouvoir ; ils doivent céder la place aux civils. Nous leur avons dit d’accepter de suivre nos instructions et d’être aux côtés du M5-RFP, car nous sommes les deux acteurs du changement au Mali, comme les deux poumons d’un même corps. Et c’est avec le M5-RFP qu’ils seront protégés, sauvés et graciés contre la communauté internationale. »

Quant à la durée de la transition, selon le Président Choguel MAIGA, le M5-RFP veut une transition du juste milieu, entre 18 à 24 mois et pour lui, cela ne doit pas poser de problème. Pendant la transition, des réformes institutionnelles, administratives, sécuritaires, le système éducatif et  la lutte contre la  corruption, seront considérées comme missions prioritaires.  Et ce qui ne sera pas achevé pendant la transition, sera parachevé par le nouveau Président élu.

Le président du Comité stratégique du M5-RFP est assez optimiste : « La semaine prochaine, nous sommes convaincus que l’on trouvera un consensus entre le M5-RFP et la junte. Par ailleurs, nous avons remis, le 24 août dernier, un document du cadre de gestion de la transition, élaboré par le M5 relatif aux organes de la transition. La charte de la transition sera remise également aux membres du CNSP. C’est cette charte qui sera validée au cours des concertations nationales des 10, 11 et 12 septembre 2020», est-il convaincu.

A la question de savoir qui, au sein du M5-RFP, doit gérer la transition, Choguel Maïga est formel : « Il n’a jamais été question de celui qui doit gérer la transition au sein du M5. Nous voyons des spéculations dans une certaine presse et sur les réseaux sociaux », déclare-t-il. Cependant, il donne des pistes de critères pour ce choix très sensible, à savoir «avoir un sens élevé de la responsabilité, un patriote dévoué à la tâche, sa maîtrise du Mali, voilà entre autres  des qualités que nous voudrions  pour le futur Président de la transition », révèle-t-il.

Et si le choix était porté sur le Président du Comité Stratégique du M5-RFP ? « Je ne saurais  répondre à cette question sur ma participation en tant que membre de  la transition », se refuse-t-il cependant à indiquer !

Avec Maliweb

Lire aussi

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...

Mauritanie : l’ex-président Abdel Aziz interdit de quitter Nouakchott...

Le procureur de la République de Nouakchott-Ouest a interdit vendredi soir à Mohamed Ould Abdel Aziz de quitter l...

Guinée : les autorités interdisent la marche du 29 septembre, le FNDC appelle à une désobéissan...

Les autorités guinéennes ont interdit la marche du FNDC prévue ce mardi 29 septembre contre la candidature d’Alpha ...

Présidentielle au Burkina : Zida investi candidat, son retour « différé »...

Annoncé en grandes pompes par son parti, le retour de Yacouba Isaac Zida n’est finalement pas à l’ordre du jour. L...