Mali: Mahamoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique, à propos du meeting du 10 février au stade du 26 mars

« Cette  journée n’est pas celle de la  colère, mais de prières pour notre nation, d’échanges, de dialogue, et  surtout de la  vérité »

Dans le cadre de la préparation du grand meeting prévu au stade du 26 mars, le dimanche  10 février prochain, l’imam Mahamoud Dicko a organisé  le mardi dernier, une conférence de presse dans sa mosquée à Badalabougou. L’objectif de ladite conférence : préciser que l’objectif de la rencontre du dimanche sera  celle d’échanges, de  dialogue et surtout de vérité ; non de colère contrairement à ce  que  craignent certaines sensibilités.

Parallèlement à la crise multidimensionnelle que souffre le Mali depuis 2012, la population malienne, dans son  ensemble et plus particulièrement celle de  la capitale, souffre d’une forme d’insécurité grandissante avec à l’appui des attaques à main armée causant la mort de paisibles citoyens. Cette situation a produit une  véritable grogne sociale au niveau de la population qui n’inspire plus de confiance à la justice de son  pays. Cela,  du fait que  beaucoup de ces  criminels, une fois arrêtés et  transmis aux forces de sécurité sont ensuite croisés  peu de temps après,  par la famille des victimes soit dans la circulation  ou  sur une autre scène de crime. C’est les derniers crimes barbares de personnalités connues, dont  celui du  commerçant, kalilou Coulibaly et  de l’Iman Yattabary qui ont débordé  la vase de la colère de la population malienne soulevant avec elle, toutes les injustices et les mauvais projets du  système  étranger  contraire à nos  mœurs. Certaines associations religieuses demandent même la peine de mort au Mali.  Les associations musulmanes se multiplient pour soutenir la cause, avec des rencontres  dans plusieurs mosquées qui sont sur la même longueur d’ondes  avec  le président du haut conseil Islamique, Mahamoud Dicko, le premier à se lever pour dénoncer la situation.  Un grand meeting est organisé en circonstance  par le président du haut conseil islamique, le 10 février  prochain au stade du 26 mars de Bamako avec comme invité d’honneur le Cherif de Nioro, Bouyé Haïdara. C’est à  cet effet  que  l’Imam Dicko a convié cette conférence  de  presse au sein de sa mosquée à Badalabougou pour rassurer toutes les opinions que le meeting du dimanche prochain sera un cadre d’échange entre les différentes couches de la population. Selon lui, notre pays ne peut pas manquer de ressources pour discuter des problèmes du Mali. Il a lancé un appel à tous ceux  qui sont soucieux de l’avenir du Mali de se manifester.

Par ailleurs, il a salué la volonté du chétif de Nioro d’être présent à l’événement malgré son âge et son état de santé. En outre, il a rassuré l’opinion nationale et internationale que cette rencontre sera une rencontre d’échange, de dialogue, et surtout de vérité puisqu’aucune œuvre humaine ne peut se parfaire sans la vérité. Il dira que  beaucoup de choses peuvent être résolues par le dialogue, une pratique très ancienne dans notre société qui perd de plus en plus sa valeur au profit de systèmes étrangers.  Mahamoud a insisté que cette journée, loin d’être une journée de colère, mais sera celle de  prières pour notre nation, d’échanges, de dialogue, et  surtout de vérité.

Le pays

Lire aussi

Mali : Quand la maladresse de la ministre française des armées dévoile … Les visées impériali...

«Nous avons décidé de créer une unité de forces spéciales européenne. Dès 2020, les forces spéciales française...

Mali: Hommage aux soldats Maliens...

Au soldat inconnu Il est parti en embrassant les pieds de maman N’Ma a fait ses dernières bénédictions Il est parti...

Force conjointe du G5 Sahel : 25 terroristes neutralisés au cours d’une opération d’envergure...

Les premières semaines du mois de novembre ont été marquées par une opération d’envergure menée par la Force con...

Burkina Faso: la France augmente son niveau d’alerte sécuritaire...

Nouvelle mise à jour de la carte du Burkina Faso par le ministère français des Affaires étrangères. Les zones en ja...