Mali: Mésentente entre les populations et la MINUSMA au Pays Dogon : tentative de réconciliation

Le président de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), Housseyni Amion Guindo, a effectué quelques jours de missions à Bandiagara, Bankass et Koro. Objectif : réconcilier la MINUSMA et les populations qui réclament incessamment son départ.

Réunir les représentants de la MINUSMA et toutes les composantes des populations autour d’une même table afin de mettre fin aux mésententes qui règnent entre les deux camps, tel est l’objectif de la mission de Poulo dans les cercles de Bandiagara, Bankass et Koro.

D’abord à Bandiagara, où il s’est rendu  le jeudi 09 janvier 2020, le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a invité les populations à « ne pas se tromper de cible », les terroristes s’entendent. Aussi a-t-il expliqué aux populations les missions de la  MINUSMA. S’agissant des dysfonctionnements qui existent dans les patrouilles de cette force onusienne,  une solution a été trouvée dans ce sens. Les premiers responsables de la force ont, selon le chargé à la Communication du ministre Guindo, décidé de rectifier le tir et de s’inscrire désormais dans une dynamique de collaboration franche et directe avec la population et l’administration.

Poulo a ainsi demandé aux populations d’accepter la réconciliation avec la MINUSMA et faire en sorte que cette dernière respecte ses missions. «Nous devons capitaliser les acquis, et faire en sorte que la MINUSMA puisse respecter son cahier de charge avec notre accompagnement. C’est pourquoi je vous demande de calmer le jeu et de donner une chance à la réconciliation dans le strict respect de leur mandat », a-t-il laissé entendre.

Quant aux populations, elles ont dénoncé l’ambiguïté de la mission, de l’inefficacité de la MINUSMA et des atterrissages inopinés des appareils non identifiés, à l’absence d’une quelconque autorité malienne.

À Bankass, l’intervention du ministre Poulo a permis aux populations et à la MINUSMA de s’engager pour un nouveau départ. Ce sont à travers les messages d’apaisement et d’explication du mandat de la MINUSMA qu’il a abouti à cette entente. Un autre résultat de cette mission est la promesse faite par les forces onusiennes de réparer le pont endommagé par les terroristes entre Bandiagara et Bankass.

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et Développement durable a été aussi accueilli à Koro, le samedi 11 janvier dernier. Comme à Bandiagara et Bankass, l’enfant de Bamba a prêché pour la paix entre la MINUSMA et les populations du Pays dogon.

Il faut rappeler que les populations de ces trois cercles étaient révoltées contre la MINUSMA, car elles trouvaient « ambiguë » son attitude dans leurs contrées. En plus des manifestations, il y avait eu aussi des menaces d’actions d’envergure de la part des populations pour le départ de cette force onusienne.

Journal le Pays

Lire aussi

Mali : tractations pour la levée des sanctions et la formation du gouvernement...

Nommé Premier ministre du Mali dimanche 27 septembre, Moctar Ouane a dans l’immédiat deux objectifs. Le premier ...

Lutte contre le terrorisme au Sahel, une nécessaire accentuation de la coordination s’impose !...

La pleine opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel à travers son accompagnement sur divers plan a été l...

Guinée : Amnesty international, au moins 50 personnes tuées en toute impunité dans des manifestat...

Selon l’Amnesty international dans un communiqué de presse en Guinée au moins 50 personnes ont tuées en toute impun...

Mali : nomination des responsables de la Transition, le CNSP jette le M5 par-dessus bord...

Le CNSP a, semble-t-il, jeté  l’eau du bain avec le bébé. Les récentes désignations, du président de la tra...