Mali: Mopti, les raisons de la colère de la jeunesse contre les autorités

La ville de Mopti était en feu le lundi 18 février dans la soirée. Causes : les jeunes,  mécontents de l’arrestation de leur camarade et leader, Oumar Tapo dit Verges, ont brulé des pneus sur certaines voies de la ville. Aussi, ont-ils profité de cette occasion pour demander la levée de toutes les mesures restrictives dans la région de Mopti dont l’interdiction de circuler à  moto et autres engins roulant à partir de 18 heures.

Suite à la marche pacifique de la jeunesse réprimée par la police, plusieurs personnes ont été arrêtées. Même si certains ont été déjà déférés, les arrestations continuaient jusqu’au lundi soir quand la police a arrêté un jeune influent, Oumar Tapo, communément appelé Verges. Cette arrestation a suscité la colère des jeunes de la ville qui ont manifesté leur mécontentement en incendiant des Pneus, en demandant le départ du gouverneur…

De Mossi N’korè (un des quartiers de la ville) au rond-point, les jeunes mécontents brûlaient des Pneus, demandaient la libération de leur camarade Verges et tous les autres détenus. Durant des heures, ils ont occupé les rues de Mopti. Ils criaient leur opposition aux mesures restrictives, dénonçaient « les abus » des autorités et demandaient le départ du gouverneur.

Joint par nos soins, un jeune proche du nommé Verges déclare : « La jeunesse consciente de Mopti ne se laisse pas faire .Elle est sortie pour réclamer la libération de Verges et de tous les autres détenus depuis la marche de la semaine dernière ».Selon notre interlocuteur Mopticien, la jeunesse est aussi, à travers cette manifestation, revenue sur ses doléances déjà sur la table du gouverneur. « Toute la région de Mopti souffre à cause des mesures restrictives des autorités. Nous avons demandé la levée de ces mesures, surtout celle de l’interdiction de la circulation des motos », nous rapporte-t-il. La jeunesse, selon le proche de Verges, estime que cette mesure asphyxie  économiquement  la région avec l’entrée et la sortie des marchandises.

Un autre habitant de la ville estime que les manifestants sont des « semeurs de troubles ». «Ils ont brûlé des Pneus partout à travers la ville de Mopti. Nous traversons une grave crise sécuritaire, on n’a pas besoin de  ces choses », commente-t-il avant d’ajouter : « Certes les mesures restrictives jouent sur la population, mais il faut dialoguer avec les autorités pour qu’elles soient levées »,  nous confie M. Guindo.

Quant au chargé à la communication du gouverneur de la région, il se plaint du comportement de ces jeunes manifestants. « Ce sont quelques  membres du camp qui a marché la fois dernière .C’est de semeurs de troubles », dénonce-t-il. M. Yacouba Maiga fustige le tapage médiatique de cet incident. « Les gens disent que Mopti est en feu alors que c’est faux. Ce sont des gens qui ont leur propre projet et qui veulent semer du désordre à Mopti », clashe-t-il les manifestants. Pour lui, le gouverneur n’a rien à avoir avec ces arrestations. « La police a arrêté un jeune. Et bizarrement les manifestants parlent de la doléance de la jeunesse. On comprend, ils ont leur objectif », laisse-t-il entendre avant d’ajouter : « Pour vous prouver la volonté des autorités à ramener la paix dans la région, la police même n’a pas réagi à cette manifestation. Les agents étaient regroupés au commissariat, mais n’ont pas réagi afin de ne pas aggraver la situation ».

Le pays

Lire aussi

Mali: liberté provisoire pour l’artiste Sidiki Diabaté...

Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a accordé au chanteur malien Sid...

Barkhane: trois soldats français ont été tués au Mali...

Trois soldats français ont été tués lundi par une bombe artisanale dans la zone des “trois frontières”, dans le...

Mali: l’AMDH se « réjouit des conditions de détention » des cinq personnalités initialement a...

Arrêtées et détenues par les services de renseignement pendant une semaine, cinq personnalités civiles, dont le cél...

Décès de Soumaila Cissé: la dépouille mortelle arrive le 31 décembre au Mali...

La dépouille mortelle de Soumaila Cissé arrive à Bamako, jeudi, et son enterrement est prévu vendredi 1er janvier 20...