Mali-Niger : Les autorités nigériennes ont déplacé le camp de réfugiés maliens de Tazalit

 

Décembre 2016, camp de réfugiés maliens à Intikane. ©ONG Adkoul

Harcelé par les attaques à Tazalit, 180 kilomètres de la frontière avec le Mali, les gouvernement nigérien a décidé de déplacer le camp de réfugiés maliens et l’unité de l’armée nigérienne en charge de sa sécurité à Intikane, 70 km de la frontière malienne, toujours dans la région de Tahoua. C’est dans la plus grande discrétion que cette opération a été menée la semaine dernière par les autorités nigériennes et les agences humanitaires travaillant dans ce camp. Desormais, les deux camps de réfugiés maliens en territoire nigérien sont tous  regroupés à Intikane, puisqu’il y avait déjà un camp de réfugiés dans cette localité.  « L’unité de l’armée nigérienne à Tezalit était très loin de la grande base militaire de la région et était donc fragile en cas d’attaque. C’est pourquoi, refugiés maliens et soldats nigériens ont été transféré à Intikane », nous confie une source sécuritaire bien informée. Tazalit est une plaque tournante de trafique de tout genre, le 6 octobre 2016, vingt-deux soldats nigériens ont trouvé la mort suite à une attaque d’hommes armés contre leur camp.

Force multinationale

Cette localité désertique de Tazalit est désormais démilitarisée, et pour la sécuriser, le Niger compte sur la force  multinationale de sécurisation du Liptako-Gourma, à cheval entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, pour intercepter trafiquants et djihadistes avant même d’entrer sur le territoire nigérien. C’est le 24 janvier dernier à Niamey que le Niger, le Burkina Faso et le Mali ont décidé de mettre sur pied cette force pour lutter contre l’insécurité dans la zone du Liptako-Gourma, vaste de 370.000 km2, en passe de devenir un sanctuaire djihadiste. La création de la Force multinationale de sécurisation du Liptako-Gourma (FMS/LG) a été décidée par les présidents du Niger, Mahamadou Issoufou, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Modibo Keïta, le Premier ministre du Mali, à l’issue d’un sommet de l’Autorité du Liptako-Gourma (ALG), une institution créée en 1970 pour développer cette zone qui abrite 45% de la population totale des trois Etats. Cette force est à l’image de la Force multinationale mixte créée par le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun qui combat depuis 2015 le groupe islamiste armé Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad.

Nord Sud Journal

 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Tchad : 50 éléments du CCMSR abattus par l’armée tchadienne...

L’armée tchadienne affirme, dans un bilan provisoire, avoir abattu plus de 50 éléments du Conseil de commandeme...

Mali : une nouvelle attaque des hommes armés non identifiés...

Le village de Tanoussogou  situé dans la Commune de Koulogon a été une cible d’attaqué hier, le 19 février 2...

Mali : arrestation de deux braqueurs connus des services de police, M.D et AG...

Saisit par plusieurs plaintes pour braquage à mains armées suivi de dépossession de motos et divers objets, le Commis...
Opération, FAMAS, Foret, Terroriste, Mali,

Mali : une dizaine d’assaillants neutralisés dans une opération de ratissage dans la forêt de B...

Après la capture, mardi, de trois chefs terroristes et la neutralisation de beaucoup d’autres à Somadougou, l’arm...