Mali : nouveau gouvernement, vers une guerre ouverte ente IBK et les cadres du RPM

Guerre, IBK, Cadres RPM, Mali,

La composition du nouveau gouvernement prouve à suffisance que le courant ne passe plus entre le président IBK et ses camarades du RPM. En confiant les départements de seconde zone aux tisserands, IBK règle ses comptes avec son parti qui a osé une motion de censure contre son ancien Premier ministre. Le divorce semble consommé…

L’accord politique signé récemment par les différentes forces politiques et les forces sociales a finalement eu raison du Rassemblement pour le Mali. Cet accord qui a abouti à la formation du nouveau gouvernement a complètement affaibli le parti au pouvoir. De 11 postes ministériels clés, le Rpm s’est retrouvé avec 7 départements de seconde zone.

Il s’agit de la Culture, l’Intégration africaine,  Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture,  chargé de l’Aménagement et de l’Equipement rural, l’Elevage et la Pêche, l’Agriculture, la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique.

En regardant bien la composition du nouveau gouvernement, le constat est amer du côté du Rpm. En plus d’avoir perdu des ministères clés, le parti a recensé le départ de plusieurs cadres importants du gouvernement, notamment : Dr. Nango Dembélé, président de la fédération Rpm de la région de Sikasso, Soumana Mory Coulibaly, président de la fédération Rpm de la région de Ségou… Ces cadres qui alimentent le parti se retrouvent au chômage. Un coup dur pour le parti qui s’est retrouvé affaibli à la suite de la formation du gouvernement. À tel point que certains ministres Rpm mécontents de leur poste, comptent démissionner du gouvernement. Parmi ces ministres qui veulent démissionner, figure Baber Gano, secrétaire général du parti et actuel ministre de l’Intégration africaine.

Si les élections législatives interviennent dans cette condition, le Rpm et IBK risquent de perdre la majorité à l’Assemblée nationale au profit des partis comme l’Adema qui sort gagnant de cette mésentente avec des départements juteux.

Selon d’autres sources, le divorce est presque consommé entre IBK et ses camarades. Une guerre est donc ouverte entre les deux parties. Une alliance entre Rpm et Urd dans les prochains mois n’est pas à écarter. Même si, dans un communiqué, le parti tente de camoufler sa déception en invitant ses militants à l’unité et à la solidarité autour du président IBK.

Le Débat

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...