Mali : occupation illicite de la devanture des cimetières à Tombouctou, le maire sort enfin de son silence coupable.

A Tombouctou, l’occupation illicite de la devanture des cimetières par des commerçants avait fait couler  beaucoup d’encre en son temps. En raison d’une campagne d’activistes de la ville sur les réseaux sociaux, le maire sort enfin de son silence et va sur le terrain.

La ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988 mais fut placé sur la liste du patrimoine en péril le 28 juin 2012 suite à l’occupation de la ville par les Islamistes et qui y ont  procédé à la profanation et la destruction de plusieurs monuments et lieux saints. Depuis lors, la ville va de dégradation en dégradation.

Afin de palier à cela, il y a eu une série de dénonciation par les services de sauvegarde du patrimoine, le haut conseil islamique de Tombouctou, les activistes sur les réseaux sociaux et autres populations de la ville.  Ces dénonciations ont provoqué un grand tonnerre et cela a poussé le maire de la commune à sortir de son silence. A la tête d’une délégation composée d’agent de la mairie, de la sous-préfecture et du commissariat de police, Aboubacrine Cissé a effectué le jeudi 28 février dernier un tour des commerces qui longent les cimetières et autres lieux classés patrimoine culturel de l’UNESCO. Il était une fois de plus question de recenser ces lieux et de sensibiliser les occupants à déménager vers d’autres sites. « Ces lieux ne sauraient restés anarchiquement occupés. C’est d’abord un grand danger pour nous même mais aussi pour ces lieux classés patrimoine culturel.

Prenez le cas de l’école Bahadou Ben Aboubacar, il y a un soudeur et plus de trois revendeurs d’essence. Il suffit d’une étincelle du soudeur pour faire de grands dégâts. C’est vrai que chacun doit gagner sa vie mais nous devons aussi sauvegarder l’environnement et laisser les lieux culturels comme les cimetières intacts. Nous envisageons d’inviter tous les acteurs (haut conseil islamique, mission culturelle, commerçants, société civile, jeunesse…) à des assises qui vont orienter la démarche à entreprendre pour aboutir à ce fait » nous confie Aboubacrine Cissé, maire de la commune. Il nous revient que depuis deux mois, lors d’une première sortie, un ultimatum avait été lancé mais qui n’a servi à rien car les occupants persistent à rester.

Le chef de service de la mission culturelle, Albouhari Ben Essayouti,  joint au téléphone espère que cette sortie sera celle du salut. « Ces sites sont restés trop longtemps occupés. Tombouctou ne mérite pas cela et l’UNESCO a depuis longtemps déploré la situation. De mon côté, j’ai fait bon nombres de correspondances qui sont restées sans suite. J’espère que cette fois, la mairie fera de son mieux pour déguerpir tout le monde » confie-t-il. Lors de leur sortie, l’équipe du maire tombe sur Bagna Wangara qui tient une boutique au coin du cimétière Diaman Hanan, lui reconnait être dans l’illicite mais croit aussi que ce n’est pas avec lui que la situation a commencé. « Ceux qui nous ont devancé ici, on ne leur a rien dit et on veut que nous quittions les lieux. Nous avons nos registres et nous payons nos impôts mais la mairie ne nous trouve pas de solution. Nous allons faire en sorte de travailler pour nourrir notre famille quand-même.

Et d’ailleurs, le musée Arsène Klob est occupé, devant le cimetière à Sareikeina, on fabrique des briques en ciment et personne n’a rien dit » se plaint-il.

La préservation et la sauvegarde du patrimoine culturel est un devoir pour tout bon citoyen mais c’est aussi et surtout une obligation pour les autorités en place. Le maire de Tombouctou doit le, plutôt possible prendre les mesures nécessaires pour que cela soit une réalité, serait-ce en agissant à « la Ami Kane sur Bamako ».

Lire aussi

Mali : le juge islamique, Houka Houka Ag Alhousseini plaide pour un débat entre les religieux afin ...

À Bamako depuis plus d’une semaine, le juge islamique de Tombouctou, Houka Houka Ag Alhousseini a rencontré plusieur...

Mali : les avocats de Sanogo et ses compagnons ont déposé une demande de libération de leurs clie...

Sanogo et ses compagnons attendent impatiemment la décision de la justice malienne au sujet de leur libération en vert...

Guinée : la date des élections à venir ne fait pas consensus au sein de la Céni...

En Guinée, les élections pourraient se tenir fin décembre, avec un an de retard, affirme le président de la Commissi...

Mali : le maire de Diouna, Harouna Konaté, enlevé puis libéré contre une caution d’un million ...

Enlevé le Samedi 14 septembre, en plein cœur de sa famille, Harouna Konaté, maire de Diuona, a été libéré hier di...