Mali : où est le lait « Made in Mali »?

Au Mali, l’industrie du lait peine à prendre son envol alors que le pays fait partie des plus grands producteurs de la sous-région. Les raisons de ces difficultés sont nombreuses.

La jeune gente entrepreneuriale du Mali s’essaye depuis quelques années à la production de lait, mais, à en croire certains, les difficultés sont plus nombreuses qu’on pourrait le penser. Le Mali, grand pays producteur de lait, malgré la mise en place d’une stratégie de valorisation du lait cru adoptée en 2008 et dont la mise en œuvre est assurée par le Projet de Développement et de Valorisation du Lait (PRODEVALAIT), peine à investir ce secteur. Pourtant, les objectifs du projet, accroître sensiblement la production locale de lait ; assurer l’accessibilité et la collecte du lait local pour les industries de transformation ; implanter à travers tout le pays des unités industrielles de valorisation du lait local, étaient ambitieux. Mais on rencontre de nombreux problèmes dans la valorisation car beaucoup utilisent plutôt le lait en poudre, souvent de mauvaise qualité, pour leur commerce. Malgré cela, certains font des bonnes affaires en produisant de la qualité et font un chiffre d’affaires de 200 à 300000 FCFA par jour.

 Les obstacles servent de leçons

Pour les entrepreneurs, les difficultés sont un passage obligatoire, qu’il faut juste surmonter. Dans le domaine du lait, nombreux sont ceux qui nous ont confié que les difficultés sont nombreuses de la production à la commercialisation. La chaîne est longue. Pour Boubou Sangho, de Boubou Lait, un jeune malien natif de Djenné, « le hicest que les Maliens croient que tout ce qui est national est mal fait et que c’est ce qui est importé qui est bon. Alors que nous faisons de bonnes choses ici ». En conséquence, nous explique-t-il, « mes plus grands clients sont des expatriés. J’ai des familles américaines qui me prennent souvent plus de 20 litres de lait par semaine chacune ». Qu’est ce qui fait que les Maliens n’ont confiance qu’en ce qui vient de l’extérieur est la question qu’il se pose. Quant à l’apport du gouvernement au secteur, les uns et les autres trouvent qu’il est invisible, car de nombreuses unités qui naissent finissent par mourir, faute de soutien ou de subvention de l’État. « Si l’État parvenait à mettre en place des mesures d’accompagnement pour les jeunes entrepreneurs qui se lancent dans le secteur, cela pourrait leur être bénéfique », nous confie-t-on.

Au Mali, on produit du lait en quantité et en qualité sous toutes les formes : lait caillé, lait pasteurisé, yaourt et fromage, mais la conservation pose toujours problème, ce qui  nuit à la commercialisation, surtout quand il s’agit d’exportation. Néanmoins, on ne doit point se décourager, affirme Boubou Sangho, qui est en relation avec des centres commerciaux à Dakar, Abidjan et Ouagadougou pour très bientôt les fournir en produits laitiers« Made in Mali ».

 

Youssouf Ag Ibrahim

Lire aussi

En Côte d’Ivoire : La bataille se poursuit autour de la Commission électorale...

L’instance d’organisation des différents scrutins a été définitivement recomposée en septembre dernier, mais l...

Côte d’Ivoire : La triste fable des trois éléphants...

Dans six mois, les candidats des principaux partis pour la présidentielle de 2020 seront désignés. Six mois pour retr...

Gambie: les survivants du naufrage au large de la Mauritanie de retour chez eux...

Plusieurs centaines de migrants gambiens sont retournés chez eux ce 9 décembre après avoir été secourus ou int...

Burkina: Bassolé écrit à Kaboré pour faire cesser des accusations de la majorité...

Le général Djibrill Bassolé, condamné à 10 ans de prison à la suite du procès du coup d’État manqué de 2015, ...