Mali : où sont passées « les locomotives du ministre Moulaye B » ?

Tout le monde s’en était réjoui, à commencer par le ministre des Transports d’alors qui annonçait la bonne nouvelle ou plutôt « le gros mensonge » : le Mali venait d’acquérir trois nouvelles locomotives. Depuis, nous les attendons vainement les locomotives de Moulaye.

Rien ne permettait de douter de la bonne foi de l’alors ministre des Transports, Moulaye Ahmed Boubacar. Il s’était rendu, en personne, accompagné d’une équipe de reportage, le mardi 24 juillet 2018, à Pretoria en Afrique du Sud pour (faire semblant de) réceptionner lesdites machines.

In situ, devant la presse, il poussa l’outrecuidance jusqu’à annoncer que l’achat de ces locomotives, dont le coût est estimé à un plus de deux milliards de FCFA, a été rendu possible grâce à un partenariat entre le Mali et la Société Emiratie Dubaï Port Word.

Dans le cadre d’un partenariat public-privé, poursuivra-t-il, le gouvernement du Mali a acquis trois locomotives réceptionnées par lui-même, ministre des Transports, en présence de l’Ambassadeur du Mali à Prétoria Son Excellence Mahamane Aoudou Cissé et du Senior manager Business Développent de DPW, Mohamed IsmaÏl.

Il se permit d’autres précisions : « Pour un coût à l’achat estimé à quatre (4) millions de dollars, (soit un peu plus de 2 milliards de francs CFA) ces trois locomotives iront à la Société du Patrimoine Ferroviaire du Mali (SOPAFER) pour le grand bonheur des populations riveraines des rails et de toute la région de Kayes, ainsi que des opérateurs économiques et commerçants maliens ».

Dans la même veine, le ministre des Transports, sachant qu’il racontait n’importe quoi aux Maliens, en campagne pour son mentor IBK, tout heureux, ne put s’empêcher d’indiquer que l’achat de ces machines était une réponse à la volonté affichée du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, qui a promis de redynamiser le transport voyageur et de marchandise sur l’axe Bamako Dakar en passant par Kayes.

« Dans les semaines à venir, des techniciens maliens viendront en Afrique du Sud pour se former à la maintenance et la conduite des nouvelles machines », a précisé le ministre hâbleur qui, lui seul, savait ses intentions. Depuis, voilà maintenant plus d’une année, point de locomotives ! Et les Kayésiens languissent !

Nouvelle Libération

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...