Mali : paix et cohésion sociale, « il faut couper la main invisible qui nous divise »

Maliens tout court, Diawara, Goundam, Kelansar,

Le mouvement citoyen Maliens Tout Court a organisé une conférence-débat sur la paix et la cohésion sociale le 4 mai dans la salle de conférences du Patronat malien, en présence de plusieurs notables des différentes communautés du Mali et des cadres de l’administration malienne.

Le mouvement citoyen Maliens Tout Court (MTC) a organisé une conférence-débat sur le thème du vivre ensemble et les pistes de sortie de crise le 4 mai dernier à Bamako. Cette conférence a enregistré par la présence de plusieurs centaines de personnes et était animée par Alhamdou Ag Ilad, gouverneur de la région de Nioro, Mohamed Ould Matali, député à l’Assemblée nationale, Belco Ba, député à l’Assemblée nationale, Souleymane Guindo, ancien haut fonctionnaire de l’administration malienne et leader de la communauté dogon et Ibrahima Diawara, Président du Mouvement Maliens Tout Court.

Dans ses propos liminaires, le Président du mouvement Maliens Tout Court est revenu sur la création du mouvement. « Maliens Tout Court est né suite à l’attaque d’Ogossagou. J’étais en Indonésie et je voyais les images de cette horrible attaque défilées sur les médias. J’ai passé deux nuits blanches à cause de ces images et à la fin j’étais divisé entre deux Ibrahima Diawara : l’homme d’affaires Diawara, qui ne veut pas se mêler de la vie publique, et le Diawara citoyen malien, qui se sent concerné par ce qui arrive à son pays », expliquera-t-il. Il a pris trois mois de congé pour se consacrer à ce mouvement citoyen, qui prône la paix et la cohésion sociale dans toutes ses activités. Les panélistes se sont exprimés essentiellement sur deux questions principales : l’expérience qu’ils ont du vivre ensemble et les pistes de sortie de crise. « Nous avons grandi dans des familles dogons dans des villes où nous avons fait nos études et il n’y avait jamais de problème entre nous, Peulhs et Dogons », se rappelle Belco Ba, député à l’Assemblée nationale et natif du village de Diangabou. L’Honorable Ba a longtemps parlé de la paisible vie qu’il a vécu en tant que Peulh au milieu des Dogons sous les applaudissements du public, conquis par ce témoignage sur la paix et la cohésion sociale au Mali. Les conférenciers sont revenus sur les causes de la crise malienne. « Le problème est provoqué par des gens qui sont venus de l’extérieur, avec l’aide de nos communautés. Ces étrangers ne connaissent pas notre vivre ensemble et ce sont eux, avec l’aide de quelques locaux, qui mènent des attaques contre nos différentes communautés », expliquera le député à l’Assemble nationale Mohamed Ould Matali. Lors de la séance d’interaction avec le public, certains participants ont évoqué « la complicité d’une main étrangère », dans la crise malienne. « Il faut couper cette main invisible qui nous divise et, pour cela, il faut former des unités anti terroristes de l’armée malienne pour combattre le terrorisme », préconisera Alhamdou Ag Ilad, gouverneur de Nioro, membre de la communauté Imghad et ancien ambassadeur du Mali au Niger. Pendant plus d’une heure, les panélistes et le public ont passé au peigne fin le problème de l’insécurité au Mali et ses conséquences sur la cohésion sociale, avant de préconiser des pistes de sortie de crise.

Cette conférence-débat a été animée par le journaliste d’Africable Sékou Tangara et sera diffusé très prochainement sur Africable Télévision, Énergie TV et Renouveau TV, trois chaines de télévisions membres du mouvement Maliens Tout court.
Cette conférence débat est la troisième activité du mouvement Maliens Tout Court, qui a lancé ses activités le 12 avril dernier à Bandiagara, dans le centre du Mali, à travers des journées de sensibilisation pour la paix et la cohésion sociale. Le 20 avril dernier, le mouvement Maliens Tout Court était à Goundam, dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, pour prêcher la paix et le vivre ensemble entre les fils de cette région malienne.

Il est à rappeler que le Mouvement Maliens Tout Court est un mouvement apolitique, non lucratif, neutre et impartial, dont l’objectif s’inscrit dans une démarche naturelle de mobilisation et de sensibilisation des Maliens vers la paix et la cohésion sociale. Le mouvement est composé d’hommes et des femmes venant de tous les horizons du pays.

Youssouf Ag Ibrahim

 

Lire aussi

MALI : Le ministre de l’énergie ampute l’origine des délestages à la vétusté des installati...

Fortement  critiqué par les populations à cause des délestages, le ministre de l’Energie et de l’eau, Lamine...

CHRONOGRAMME ELECTORAL : Couplage de l’élection du président et des députés...

Le premier tour des deux scrutins est prévu le 27 février 2022. Les seconds tours auront lieu respectivement le 13 mar...

OFFENSIVE MILITAIRE CONTRE LES GROUPES ARMES DANS LA REGION DE GAO: Une dizaine de présumés terror...

Ces derniers ont aussitôt  été mis hors d’état de nuire. Ces arrestations sont survenues, lors d’une opéra...

SAHEL: En France, les députés n’écartent plus des discussions avec les groupes terroristes...

La commission Défense de l’Assemblée nationale a rendu public, ce mercredi, son rapport d’information sur l’opé...