Mali : photographie, le président IBK à l’avant-garde des Rencontres de Bamako

Photographie, Rencontre, IBK, Seydou Keita, Bamak, Mali,o

La cérémonie officielle de lancement des Rencontres photo s’est faite depuis le palais présidentiel du Mali, une première, avec quelques surprises.

« Monsieur le Président, soyez remercié de l’insigne honneur que vous faites à la grande famille de la culture malienne en nous recevant au palais de Koulouba, Résidence de la plus haute institution de la République du Mali, une première pour la photographie et l’art contemporains. » En ces termes, le délégué général de la 12e édition des Rencontres photo de Bamako, Lassana Igo Diarra, a commenté un signe fort pour l’image du Mali : le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a accueilli, le 26 juillet, au siège de la présidence, la cérémonie de lancement de la 12e édition de la Biennale de la photographie africaine, qui fêtera à partir du 30 novembre ses 25 ans. Est-ce parce qu’il a été nommé coordinateur des arts et de la culture par l’Union africaine que le président a joué le jeu sans hésiter ? Jusqu’à poser sur la moto du studio monté jusqu’au palais, dans le style du grand Malick Sidibé, sans doute le plus connu des photographes maliens avec Seydou Keita. Damier noir et blanc. Et pour fond une photo de la mosquée de Djenné, dans le nord du Mali, par un très grand photographe et pilier du Musée national du Mali, Alioune Ba, trop tôt disparu l’an dernier. Les personnalités présentes s’en sont donné à cœur joie, la ministre de la Culture n’ayant pas dérogé avec accessoires ad hoc, radio d’époque, vieux téléphone, etc.

Quand le palais de Koulouba joue le jeu

Mieux. Le collectif Yamarou de photographes maliens avait tout prévu, faisant venir de France un appareil photo en guise de cadeau au président afin que celui ci, précise Seydou Camara, photographe et conseiller des Rencontres, « apprenne à photographier Bamako depuis sa colline de Koulouba.»

Le délégué général des Rencontres a profité de l’occasion pour demander à l’État malien une augmentation de sa participation aux côtés de celles de l’Institut français : 25 ans, cela se fête. Envers et contre tout, la crise terrible que connaît le pays. Interrompue par la guerre, la Biennale, née en 1994, avait repris en 2015 sous la houlette de la regrettée commissaire nigériane Bisi Silva et l’on se souvient que, cette année-là, il y avait bien une silhouette sur une moto. Mais il s’agissait d’un homme casqué, métaphore du djihadiste menaçant l’intégrité du pays, dans la série intitulée Inch Allah du photographe malien Aboubacar Traoré, d’ailleurs primée.

« Courants de conscience »

Après l’édition 2017, « Afrotopia », que nous montreront les photographes africains et des diasporas en cette fin 2019 ? Le nouveau commissaire camerounais, Bonaventure Soh Bejeng Ndikung, a choisi comme thème « Streams of Consciousnes », « Courants de conscience », un titre inspiré par l’album jazz du Sud-Africain Abdullah Ibrahim et de l’Américain Max Roach. Il s’est entouré d’une équipe panafricaine, et a fait appel à l’un des très grands talents du Mali, le designer Cheick Diallo, au poste de conseiller artistique et scénographe en chef.

« La guerre des images est aussi importante actuellement et c’est celle que nous allons gagner en faisant venir le monde entier ici à Bamako pour y donner une image de Beauté, de paix, et y célébrer la force créatrice d’un Mali debout, déterminé, dans une Afrique unie et prospère », a conclu Igo Diarra avec l’optimisme de celui qui dirige sa galerie de la Medina depuis des années dans cette inébranlable foi.

À son tour, et sans oublier de saluer soldats et récentes victimes de massacres au centre du pays, la ministre de la Culture N’Diaye Ramatoulaye Diallo a valorisé le rôle fédérateur de la création. « Ces histoires de résistance culturelle ne sont, hélas, que peu connues de l’opinion internationale, peut-être parce, comme dit le proverbe, « l’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse ».

Pour suivre les Rencontres de Bamako 2019. Du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020.

Le Point Afrique

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...