Mali : premier ministre et ministre de l’économie et des finances, quatre questions majeures à Boubou Cissé

Gestion, Crise, Education, Boubou Cissé, Mali,

Quand la composition du gouvernement a été rendue publique le 5 mai  2019, les maliens étaient partagés entre les sentiments de surprise et de colère. Surprise, par le fait que les grands ténors de la classe politique  ou leurs représentants n’y figuraient pas, mais aussi et  surtout, colère, quand ils ont  constaté le nombre pléthorique de ministres et le cumul par le Premier ministre de deux postes stratégiques du gouvernement ; à savoir la Primature et le ministère de l’économie et des finances. Ce qui cache mal certaines intentions, ne saurait laisser indifférent certains observateurs, c’est pourquoi, nous posons quatre questions à Boubou Cissé.

Première question, Boubou mesure-t-il la profondeur de la crise qui sévit au Mali et dont la solution passe par des moyens financiers conséquents à mobiliser ?

Ce n’est plus un secret qu’au Mali la crise est d’abord, et avant tout,due au sous-développement, au manque de ressources adéquates pour faire face aux problèmes. Au lieu de mettre au ministère des Finances un cadre disponible, compétent,  qui a un carnet d’adresse très riche et qui inspire confiance, c’est le PM lui-même qui a préféré garder ce portefeuille en dépit de l’immensité des tâches à la Primature.

Deuxième question,le choix délibéré ou suscité  de garder un ministre aussi important comme celui des finances ne procède-t-il pas de la volonté de continuer à sauvegarder les intérêts d’un clan ou d’une famille qui font main basse sur l’économie du pays ?

Il est inacceptable qu’un pays comme le Mali, troisième économie de la sous- région et comptant des cadres valeureux, ne puisse pas avoir un homme ou une femme aux compétences avérées, d’une probité et d’une rigueur insoupçonnées pour le stratégique poste de l’économie et des finances. La sortie diligente de la crise multidimensionnelle dans laquelle le Mali est plongé, nécessite une gestion rigoureuse et une mobilisation tous azimuts des ressources.

Troisième question, le Mali manque-t-il des cadres compétents et intègres, d’économistes et des financiers qui ont fait leurs preuves sous d’autres cieux, au point de n’avoir personne pour être ministre de l’Economie et des Finances ?

Il est inadmissible qu’en dépit du nombre très élevé des ressources humaines compétentes dans les domaines économiques et financiers,qu’on n’arrive pas à trouver une denrée rare pour s’occuper des questions de finance et de l’économie. Le fait, pour le PM d’être à la fois le locataire de la primature et celui de l’hôtel des finances entrave la bonne marche de deux structures et crée une certaine lourdeur administrative

Quatrième question,alors qu’il est encore temps, Boubou ne pourra-t-il pas corriger cette erreur en nommant un ministre de l’économie et des finances pour faire face à la demande sociale et pour mobiliser des fonds nécessaires à la réalisation des ambitieux projets pour le Mali ?

Le Mali ne pourrait pas manquer des ressources humaines compétentes pour ce poste. Ainsi, compte tenu des agendas trop chargés du PM, il ne serait pas logique qu’il se surcharge avec les épineux dossiers financiers. Il ne serait pas aisé pour Boubou Cissé d’être à la fois PM et ministre des Finances au risque d’être inefficace partout.

Youssouf Sissoko

Lire aussi

En Côte d’Ivoire : La bataille se poursuit autour de la Commission électorale...

L’instance d’organisation des différents scrutins a été définitivement recomposée en septembre dernier, mais l...

Côte d’Ivoire : La triste fable des trois éléphants...

Dans six mois, les candidats des principaux partis pour la présidentielle de 2020 seront désignés. Six mois pour retr...

Gambie: les survivants du naufrage au large de la Mauritanie de retour chez eux...

Plusieurs centaines de migrants gambiens sont retournés chez eux ce 9 décembre après avoir été secourus ou int...

Burkina: Bassolé écrit à Kaboré pour faire cesser des accusations de la majorité...

Le général Djibrill Bassolé, condamné à 10 ans de prison à la suite du procès du coup d’État manqué de 2015, ...