Mali : président de la CODM, Housseini Amion Guindo « La transition n’est pas légitime pour conduire les projets de réformes »

Devant la  presse, hier à Bamako, le président du Parti  Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), Housseini Amion Guindo, a dévoilé les propositions du parti de la quenouille  pour la transition.  Lesquelles se résument à la sécurisation du pays et l’organisation des élections générales.

La CODEM  dit réaffirmer son attachement aux acquis démocratiques consacrés par la Constitution du 25 février 1992. Pour un retour à l’ordre constitutionnel,  elle  propose la transition  plus courte  comprise entre 9 et 12 mois au plus avec  deux missions essentielles à savoir : le retour de la sécurité et l’organisation de l’élection présidentielle afin de doter le pays d’Institutions légitimes.

«  Nous voulons que la  transition  soit plus courte possible pour éviter qu’elle s’installe dans la durée et  faire naître les appétits de pouvoirs chez ceux que la dirigera »,  explique Housseini Amion Guindo. Ajoutant qu’elle ne doit pas être prise en otage par les politiques pour faire revivre les anciennes  pratiques qui ont entraînées le soulèvement contre le pouvoir déchu.  Selon  lui,  transition  a besoin seulement de faire l’audit du fichier électoral,  la distribution des cartes NINA et de poursuivre le processus de sécurisation du pays.  « Les autorités de la transition ne sont pas légitimes pour  conduire les projets de réformes administratives et institutionnelles. Il revient à un pouvoir légitime  de mener cette mission », prévient ce chef de parti.

Pour éviter que les autorités de transition ne s’éternisent au pouvoir,  le parti de la quenouille propose un délai d’un an  sous  la direction d’un Président civil, d’un Gouvernement d’union nationale composé essentiellement des technocrates sous la conduite d’un Premier ministre consensuel.  Pour sa réussite,  la CODEM pense qu’il faut, au préalable,  élaborer une feuille de route très claire,  une Charte pour la Transition et faire appel à l’assistance technique et financière de la communauté internationale pour l’organisation de l’élection présidentielle.

Maliweb

Lire aussi

ANDRE BOURGEOT, ANTHROPOLOGUE FRANÇAIS : « Il ne faut pas appliquer l’Accord d’Alger à l’é...

L’anthropologue français, André Bourgeot a eu à décrypter l’Accord issu du processus d’Alger lors d’une conf...

MALI : L’UNTM lance un ultimatum au nouveau Premier ministre de transition...

Au Mali, le nouveau Premier ministre de la Transition Choguel Maïga a rencontré les syndicalistes de l’UNTM mardi. L...

FIN DE L’OPERATION BARKHANE : Regards croisés de deux spécialistes des questions de sécurité...

L’annonce de la fin de l’opération Barkhane par le président français, Emmanuel Macron, continue de susciter des ...

COTE D’IVOIRE: Quel avenir politique pour Laurent Gbagbo?...

Définitivement acquitté par la Cour pénale internationale le 31 mars dernier, l’ancien président ivoirien Laurent ...