Mali : presse et crise sécuritaire, le Ministre Yaya Sangaré prône l’autocensure

Rencontre, Yaya Sangaré, Presse, Informations, Mali,

Pour éviter de démoraliser les troupes engagées sur les théâtres des opérations contre le fléau du terrorisme au Mali, le Ministre Yaya Sangaré de la Communication, Chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Gouvernement, prône l’autocensure et le professionnalisme.

Le Ministre de la Communication, Chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Gouvernement, notre  confrère de Jamana, Yaya Sangaré, a rencontré, le samedi 22 juin 2019, à l’Hôtel Maeva Palace, les patrons de la presse écrite et audiovisuelle, les Présidents des Associations de Bloggeurs, de la presse en ligne, de la presse écrite et audiovisuelle, et les influenceurs des médias sociaux, pour échanger autour d’un déjeuner de presse sur la situation sécuritaire et son contexte actuel et le rôle de la presse dans l’apaisement et la cohésion sociale du pays en cette période de crise.

Le Ministre a expliqué qu’en ces périodes de dures épreuves imposées à notre pays et à son Peuple, qu’il est important pour la presse écrite et audiovisuelle, les bloggeurs, les influenceurs des médias sociaux, les communicateurs traditionnels et toutes les bonnes volontés de traiter les informations avec plus de professionnalisme, dans le respect de l’éthique et de la déontologie.

Loin d’être une censure de la presse, le Ministre Sangaré a invité ses hôtes à s’auto censurer sur toutes les actions visant à saper le moral des FAMA au front et à plutôt mettre en exergue leurs succès que leur faiblesse en vue de doper leur moral. Le Ministre a appelé ses confrères à plutôt compatir à la douleur de ceux qui ont perdu des proches et à œuvrer pour la cohésion sociale et le vivre ensemble caractéristique de notre pays.

Le porte-parole du Gouvernement les a exhorté à toujours vérifier les informations avant leur diffusion au grand Public, à éviter à tout prix de partager les images qui peuvent heurter la sensibilité du Public. Il les appelle à ne pas toujours relayer toutes les informations trouvées sur les réseaux sociaux ; car, certaines non vérifiées sont pour la plupart des fakes news qui désinforment plutôt qu’elles n’informent.

Le Ministre Sangaré a aussi rappelé que l’Histoire de certains pays en Afrique doit nous servir de leçon ; car, dans ces pays il y a eu des médias qui ont contribué à attiser la haine et conduire au génocide soldé dans ces pays par la guerre civile et communautaire. «Nous devons tout faire pour que cela n’arrive pas dans notre pays », a-t-il vivement conseillé.

«Ce qui est sûr, ce qu’il y a des attaques meurtrières au Centre du pays. Le Gouvernement s’emploie à y mettre fin. C’est pourquoi, il demande aujourd’hui plus qu’hier l’accompagnement de la presse pour rassembler, favoriser le retour de la paix. Dans le contexte actuel, les journalistes doivent éviter de rapporter des messages de haine, de division, du rejet de l’autre. Nous devons,  tous, travailler pour le vivre ensemble, la cohésion sociale et la concorde nationale », a soutenu le Ministre de la Communication. A l’en croire, «il n’y a ni guerre ethnique, ni guerre religieuse au Mali. Ce sont des éléments disparates, des communautés concernées qui sèment la désolation ». D’où cette interrogation : « On se demande même s’il n’y a pas des manipulations internes ou externes ? ».

SourceLeSoft

Lire aussi

Niger : le gouvernement interdit toute réexportation du riz entré sur son territoire...

Le Niger vient d’interdire « strictement » toute réexportation du riz entré sur le territoire national, ...

Mali: Après l’Imam Mahmoud Dicko, la plateforme anticorruption salue l’action récente ...

L’opération « mains propres » de la justice déclenchée au Mali la semaine dernière se poursuit. Après l&r...

Mali : les TDR du dialogue national inclusif validés mais sur fond de divergences...

Les termes de référence du dialogue national inclusif ont été validés ce lundi 16 septembre 2019 à Bamako. Les org...

Mali : le juge islamique, Houka Houka Ag Alhousseini plaide pour un débat entre les religieux afin ...

À Bamako depuis plus d’une semaine, le juge islamique de Tombouctou, Houka Houka Ag Alhousseini a rencontré plusieur...