Mali: Quelques photos du camp de G5 Sahel à Boulikessi juste après l’attaque

Le bilan n’est pas encore déterminé, mais le dégâs matériel est lourd. Des groupes armés liés à Al Qaida ont attaqué deux camps de l’armée malienne près de la frontière avec le Burkina Faso en faisant plusieurs morts et des blessés le 30 septembre dernier.

Toute reproduction, même partielle sans la permission de l’auteur est strictement interdite et passible de poursuite judiciaire.

L’une de ces deux attaques a visé le camp de la force conjointe du G5 Sahel où il y a plusieurs morts et des blessés donnant ainsi un sérieux coup à cette force sahélienne sensé combattre le terrorisme. 

« Le commandement de la force conjointe du G5 Sahel informe l’opinion nationale et internationale que tôt ce matin, que la position de Boulikessi, du bataillon malien de la force conjointe G5 Sahel a été attaqué par des éléments présumés du groupe terroriste Ansaroul islam », annonce dans un communiqué, le commandant de la force du G5 Sahel hier dans la soirée. « Les assaillants appartenant à ce groupe criminel évoluaient à bords de plusieurs véhicules équipés d’armes lourdes sur des motos », affirme le général nigérien, Oumarou Namata Gazama, le commandant de la force du G5 Sahel. « J’ai vu au moins 12 corps de soldats maliens du G5 Sahel, et beaucoup d’autres sont disparus dans la brousse lors de l’attaque », a dit un habitant de Boulikessi qui a perlé sous anonymat car il a peur pour sa sécurité.

L’attaque contre le camp de Boulikessi a été violent causant de « lourdes pertes en matériels et des dégâts importants », a précisé le porte-parole du gouvernement malien Yaya Sangaré, dans un communiqué de presse publié hier soir affirmant que le gouvernement n’a pas encore un bilan humain établi.

Toujours dans la journée du 30 septembre vers 2h du matin, des hommes armés ont attaqué un autre camp de l’armée malienne à Mondoro, près de la frontière avec le Burkina Faso. « Cette attaque a fait 4 morts, dont deux civils et deux militaires », a dit un habitant de Mondoro qui a gardé l’anonymat.

Ces attaques interviennent au moment où les soldats Burkinabè avaient commencé à se retirer de leurs bases à côté de la frontière malienne. Les deux bases militaires attaqué le 30 septembre derniers étaient les seuls camps militaires dans cette zone frontière Mali Burkina Faso où sont présents des groupes armés lié à Al Qaida.

La défaite des armés du G5 Sahel sur cette frontière entre le Mali et le Burkina Faso laisse planer une menace d’attaque des groupes armés liés à Al Qaida contre certaines grandes villes du Mali et du Burkina Faso.

Lire aussi

BOUBACAR GAOUSSOU DIARRA: « Il faut se réjouir de l’accord de Farabougou, mais pas en faire un m...

Boubacar Gaoussou Diarra, ambassadeur malien, dirige le secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise...

LANCEMENT DE CAMAPAGNE POLITIQUE AVORTE A MOPTI : Seydou Coulibaly affiche ses ambitions pour Koulou...

La Venise malienne (Mopti) devrait servir de cadre au lancement du Mouvement politique, Benkan Koura, de Seydou Mamadou ...

COVID-19/ MALI : De nouvelles restrictions pour gérer la flambée des cas de contamination...

Les dernières données indiquent une très forte avancée des cas de Covid-19 au Mali. Le jeudi dernier, plus de 400 ca...

INSECURITE-TERRORISME : Sikasso infectée par les djihadistes ?...

Après les Régions de Mopti et de Ségou, c’est celle de Sikasso qui se trouve sous la menace des djihadistes. Tous l...