MALI : Radioscopie du nouveau gouvernement

Koulouba Mali palais presidentiel

Enfin, la fumée blanche. Le nouveau gouvernement de 25 membres, dont 11 nouveaux rentrants et 11 sortants, a été dévoilé lundi pendant que débute une nouvelle grève de cinq jours. Il faut reconnaître que les concertations menées par le Premier ministre dès sa reconduction à son poste ont porté fruits. Moctar Ouane, après une dizaine de jours de consultations à la recherche du consensus, a réussi à réunir une large palette des forces vives de la nation autour de la table du conseil des ministres. Des partis politiques comme l’URD, l’ADP, le SADI, le PDES, l’ADEMA, le RPM, ou encore la Codem ont accepté de se faire représenter.

Le M5-RFP n’a pas accepté la main tendue des autorités de la Transition. Toujours dans sa logique de contestation, ce groupement politique qui a eu raison du régime d’IBK, projette une manifestation le vendredi 4 juin prochain.

La nouvelle équipe gouvernementale compte cinq femmes et en tête de l’ordre protocolaire, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants change de main. Le général de brigade Souleymane Doucouré remplace le colonel Sadio Camara. Me Harouna Toureh de la Plateforme, signataire de l’Accord d’Alger, hérite du nouveau ministère de la Promotion de la bonne Gouvernance.

Au ministère de la Sécurité et de la Protection civile, le général de division Mamadou Lamine Ballo remplace le colonel Modibo Koné. Ce dernier, tout comme le colonel Sadio Camara, est acteur de premier rang de l’ex CNSP qui quitte le gouvernement.

Boubacar Sidiki Samaké est le nouveau ministre de la Justice et des Droits humains. Il remplace Mohamed Sidda Dicko. Le nouveau Garde des Sceaux était en charge des dossiers de la lutte contre le terrorisme.

À l’Économie et aux Finances Dionke Diarra, précédemment aux Affaires foncières et à l’Urbanisme, s’installe. L’hôtel des finances reçoit un ancien directeur général des impôts. C’est à dire que le nouveau ministre est un homme au sérail. Son expertise sera profitable à la santé financière du Trésor public.

Il cède son ancien portefeuille à Hamza Ahmadou Cissé qui fait son entrée dans le gouvernement.

Aux Transports et Infrastructures, Madame Assian Sima remplace Makan Fily Dabo. Sa mesure impopulaire d’augmenter les frais de péage a provoqué des remous dans le secteur des transports.

À l’Éducation nationale Madame Diawara Aoua Paul Diallo remplace le Pr Doulaye Konaté qui s’installe à l’Enseignement supérieur et à la Recherche scientifique, en remplacement du Pr Amadou Keïta.

L’ancien maire de la Commune III, Abdel Kader Sidibé, prend les commandes du ministère de l’Emploi, du Travail et de la Fonction publique. Il aura la lourde tâche de conduire les négociations avec l’UNTM pour mettre fin à une grève hautement préjudiciable qui entame sa deuxième semaine.

Au ministère des Mines de l’Énergie et de l’Eau, Djibril Tall remplace Lamine Seydou Traoré. Ce dernier s’est signalé ces derniers jours sur les réseaux sociaux par un enregistrement audio d’une conversation avec un haut cadre de l’administration. Un geste diversement apprécié par les internautes.

Youba Ba est le nouveau ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine. L’ancien titulaire de ce portefeuille, Alhamdou Ag Ilyene, est désormais le ministre de la Communication et l’Économie numérique, en remplacement du Dr Hamadoun Touré. L’ancien directeur général de l’UIT quitte le gouvernement, alors qu’il avait entamé de gros chantiers dans un secteur qu’il maitrise parfaitement.

À la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille Madame Togo Marie Yagalé Togo remplace Bintou Founé Samaké. Son départ avait été réclamé, un temps avec insistance, par un célèbre dignitaire religieux.

Au ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable Madame Bernadette Keita cède la place à Mohamed Ag Akeratane.

Le lieutenant-colonel, Abdoulaye Maiga, conserve le portefeuille du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. Son collègue de la Réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué fait de même. Tout comme le chef de la diplomatie, Zéini Moulaye.

Toujours au rang des ministres ayant conservé leurs postes, il faut ajouter Harouna Niang (Industrie et Commerce), Kadiatou Konaré (Culture, Artisanat et Tourisme), Mme Fanta Siby (Santé et Développement social), Mahmoud Ould Mohamed (Agriculture, Elevage et Pêche), Moussa Ag Attaher (Jeunesse et Sports), Mahamdou Koné (Culte). Quant à Mohamed Salia Touré, il reste au gouvernement mais avec un département qui change de dénomination. Il est désormais le ministre de la Formation professionnelle et de la Construction citoyenne.

Source : L’ESSOR

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...