Mali : Recrudescence des attaques armées au Centre; Incertitudes sur les élections législatives !

Alors que l’insécurité n’a jamais été aussi grande, les élections législatives sont annoncées pour le dimanche 29 mars prochain.  Ces élections pourront-elles avoir lieu dans un contexte sécuritaire alarmant, avec une succession d’attaques contre les FAMas et des tueries contre les populations civiles sur une grande partie du pays ?

Comment ces élections seront-elles sécurisées ? Comment la campagne électorale pourra-t-elle se tenir dans un contexte sécuritaire très dégradé ? Ce sont là autant de questions qui sont posées au sein d’une opinion malienne sceptique sur la tenue de ces législatives.

La situation sécuritaire au Nord et au Centre ne cesse de se détériorer. Les  attaques terroristes de ces derniers mois, notamment à Sarkarla (à 10 km de Markala, cercle de Ségou), Sokolo (cercle de Niono), Dioungani (cercle de Koro) voire Indelimane, Tanbankort et d’ailleurs en sont l’illustration parfaite. Aussi, le pays est le théâtre d’affrontements intercommunautaires d’une rare violence. Ces affrontements deviennent le lot quotidien des populations  dans le Centre du pays (région de Mopti et une partie de Ségou).

A propos des attaques, on a noté, pêle-mêle, celle qui a frappé le check point des Forces armées maliennes, appelé « Point A », dans le village de Sarkala, à une dizaine de km de Markala (Ségou). En surnombre face aux militaires, ceux-ci se sont repliés », a précisé une source.

Aussi, 6 soldats  ont été tués et plusieurs blessés dans une autre attaque perpétrée par des hommes armés dans la nuit du mercredi 22 au jeudi 23 janvier derniers, à Dioungani, localité située à 52 km de la ville de Koro (région de Mopti). En effet, le  poste militaire de cette petite localité a été attaqué par des hommes armés.

Par ailleurs, le Centre continue d’être le théâtre d’affrontements intercommunautaires avec son lot de victimes dont de nombreuses femmes et ainsi que des enfants. Le vendredi 14 février, une attaque d’une rare violence a encore frappé Ogossagou. Bilan : Plus de 30 victimes et de nombreux blessés…

Au moins 456 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées dans les dizaines d’attaques perpétrées par des groupes armés, dit Human Rights Watch, qui indique que le bilan est sans doute beaucoup plus lourd. L’auteur de ce rapport, Corinne Dufka, évoque notamment l’amplification des violences communautaires, alimentées par la présence des groupes islamistes, un climat d’impunité, et « l’accès aisé aux armes ».

« Les groupes islamistes, explique-t-elle, ont concentré leurs efforts de recrutement envers la communauté peule. Et, en réponse à ça, ainsi qu’au manque de présence des forces de l’ordre, des groupes d’autodéfense bambaras et dogons ont été formés pour protéger leurs villages. Mais ils ont aussi fait des opérations contre les populations peules, qu’ils ont accusés de soutenir les groupes islamistes armés.

Par ailleurs, dans les régions de Kidal, Tombouctou, Gao ou Mopti, voire Ségou, Koulikoro,  les représentants de l’Etat ont en effet dû abandonner leur poste face à la menace terroriste. Comment, dans ces conditions, les candidats pourraient-ils battre campagne, et l’État assurer la bonne tenue du scrutin ?

Aujourd’hui, si certains partis politiques se sont déjà engagés dans la bataille, avec le dépôt de leur liste électorale. Mais, nombreux sont les leaders politiques qui demandent, aussi, le report de ces élections, notamment Oumar Mariko, Aboubacar Sidick Fomba, Me MountagaTall…

Dr Oumar Mariko et Aboubacar Sidick Fomba, lors d’une conférence de presse, ont précisé que si les élections se tenaient dans de telles conditions, ce serait catastrophique pour la démocratie malienne et les députés qui en seront issues n’auront pas la légitimité requise pour parler au nom du peuple qu’ils sont censés représenter.

De son côté, le comité directeur du Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID-FYT) à travers son président, Maître Mountaga Tall, a déposé une requête auprès de la Cour constitutionnelle, pour violation des dispositions de la Loi électorale du Mali, pour demander l’annulation de ces scrutins.

Dans cette requête en date du 21 février 2020, le Comité directeur du CNID-FYT demande l’annulation du décret n°2020-0010/P-RM du 22 janvier 2020 portant convocation du collège électoral, ouverture et clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection des députés à l’Assemblée Nationale. Au motif qu’il viole, selon le CNID-FYT,  les dispositions des  articles 86 et 158 nouveaux de la Loi n°2016-048 du 17 octobre 2016 portant Loi électorale en République du Mali.

A titre de rappel, l’article 86 nouveaux de la Loi n°2016-048 du 17 octobre 2016 portant Loi électorale en République du Mali stipule que « les électeurs sont convoqués et la date du scrutin est fixée par décret pris en conseil des ministres et publié au journal officiel 60 jours au moins avant la date des élections ».

Son 1er alinéa précise qu’« en cas de nécessité, il peut être procédé à la convocation des collèges électoraux à des dates différentes pour les élections communales. Dans ce cas, les élections se dérouleront le même jour au niveau de l’ensemble des communes  comprise dans une ou plusieurs régions ».

Ce qui selon le CNID contraste avec les dispositions du décret n°2020-0010/P-RM du 22 janvier 2020 portant  convocation du collège électoral, ouverture et clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection des députés à l’Assemblée Nationale, qui stipule que « le collège électoral est convoqué sur toute l’étendue du territoire nationale ».

D’après le CNID, l’élection des députés ne concerne pas toutes les circonscriptions électorales. Dans la mesure, dit-on au CNID, où des circonscriptions dûment  créées par la Loi, qui constituent aussi des circonscriptions  électorales, ont été exclues. Il faut à ce niveau rappeler que le gouvernement a prévu d’organiser les élections législatives sur la base des anciennes circonscriptions électorales. Ce qui reste  inacceptable aux yeux du parti du soleil levant. En conséquence, le  Comité directeur du CNID demande à la Cour Constitutionnelle  l’annulation pure et simple de l’élection législative prévue par le décret n°2020-0010/P-RM du 22 janvier 2020 portant convocation du collège électoral, ouverture et clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection des députés à l’Assemblée Nationale.

Avec L’aube

Lire aussi

Diadié dit Amadou Sankaré

Mali: Diadié Sankaré remporte l’élection présidentielle du patronat avec 89 voix sur 155...

Diadié dit Amadou Sankaré a largement remporté l’élection du président du Conseil National du Patronat du Mal...

Burkina-Faso : une quarantaine d’hommes armés neutralisée et trois capturés...

Dans la nuit du 23 septembre dernier, plusieurs hommes armés ont été neutralisés près du village de Tapoa-Djerma pa...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara, «La place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne éle...

Le chef de l’Etat ivoirien a remis les pendules à l’heure quand on sait que l’ancien président de l’Assemblée...

Mali : le puzzle se reconstitue vers la levée des sanctions...

La junte militaire vient de poser la première pierre constitutive pour une levée de sanctions contre le pays. Le prés...