Mali : rencontre IBK – Soumaïla Cissé , intérêt supérieur de la Nation ou jeu d’individualités politiciennes ?

Les concertations entre formations politiques ont démarrée avec force au Mali. Majorité et opposition se retrouvent autour des « grandes questions de la Nation ». Au nom sacré de cette même Nation, les deux leaders fétiches du pays, le Président Ibrahim Boubacar Kéïta et le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé, se sont entretenus à trois reprises. Et ce n’est pas tout. On ne veut oublier personne et les anciens chefs d’État ont été approchés par le candidat du FSD. Seul bémol : pourquoi attendre que le pays sombre pour se réunir si c’est une question patriotique et non de partage de gâteau? Il est largement temps que les Maliens s’extirpent des bras de Morphée pour participer à ce grand débat de la Nation qu’eux seuls peuvent arbitrer.

Dans un communiqué datant du 6 mars 2019, Tiébilé Dramé, directeur de campagne du candidat malheureux à la présidentielle de 2018, s’adresse aux dirigeants et militants du FSD (Front de sauvegarde pour la démocratie). Il fait le point de l’évolution des concertations entre son candidat et le Président de la République. Tiébilé Dramé rappelle
les entretiens entre IBK et Soumaïla Cissé du 26 février, du 5 mars et enfin du 6 mars 2019. Selon lui « les deux leaders se sont à nouveau rencontrés ce 6 mars pour faire avancer le processus de décrispation politique ». C’est toujours dans cette « démarche de décrispation politique » que s’inscriraient les autres rencontres entreprises par son leader Cissé, qui a approché avant la réunion du 5 mars les anciens Présidents de la République Dioncounda Traoré et Moussa Traoré et a eu Amadou Toumani Touré et Alpha Oumar Konaré au téléphone, selon son porte parole. Monsieur Dramé informait ses pairs du souhait émis par le Président Kéïta de le rencontrer également, une
invitation formulée auprès de Soumaïla Cissé. Les deux camps semblent avoir mis balle à terre au nom de la concertation nationale, un dialogue inclusif pour traiter les maux qui gangrènent le pays depuis la crise de 2012. Consensus, avancer, rassembler, à quelle fin ? Est ce le dossier Mali, le peuple malien, qui est au cœur de ces challenges ? Sinon allez comprendre pourquoi ces élites, en se regardant en chiens de faïence, ont pris en otage le pays pour des querelles plus d’égo, de positionnement, que pour l’intérêt du peuple. Comment concevoir que celui-ci ne soit ni consulté ni associé aux négociations ? Qui mieux que lui pourrait trouver les solutions appropriées à la
restructuration pour sortir de la crise multidimensionnelle où il patauge ? Une fois de plus, les politiciens se jouent
superbement du peuple, qui est utilisé une énième fois comme une marionnette dont on tire les ficelles à son gré.
C’est un secret de polichinelle : la vraie plaie des Maliens est leur élite, ces politiques qui en leur nom se taillent la part belle. Pire, pour y accéder, ils sont prêts à livrer à la potence le peuple. Parfaire et parvenir à la négociation. Quelle négociation ? Pour le bonheur des populations ils auraient pu faire l’économie de toutes ces simagrées, qui ont ralenti toute initiative allant dans le sens de la construction du pays. Chacun d’eux a déjà fait ses preuves et montré ses limites. Les masques sont bien tombés. Le peuple malien doit se réapproprier son destin, se faire entendre et ne plus faire la girouette dans les griffes de ces politiques, qui s’attribueront la paternité d’une formule miraculeuse pour sortir le pays du gouffre qu’ils ont creusé pour l’enfouir. L’histoire appartient au peuple et, pour l’avenir de futures générations, c’est plus qu’un devoir de redresser la démocratie et la gouvernance jusque-là proposées par ces décideurs.

Nordsudjournal

Lire aussi

Mali: pas de compromis après la rencontre IBK-M5...

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita IBK a rencontré ce dimanche le comité stratégique du mouvement contesta...

Urgent Mali: 3 morts et plusieurs villages du centre sous menaces d’attaques...

Après l’attaque terroriste contre des villages de la communauté Dogons qui a fait plus de trente morts, le 1er j...

Algérie: le président déclare attendre des excuses de la France pour son passé colonial...

La France a fait un geste fort d’apaisement en matière de mémoire en restituant vendredi les restes de 24 combat...

Plusieurs centaines d’éléphants morts mystérieusement...

Environ 300 éléphants sont morts de manière mystérieuse dans un parc du Botswana depuis le début du mois de mai. De...