Mali : Révision de la liste électorale : Le ministre de l’Administration sur le terrain

Bientôt, un mois après le début des opérations de révision de liste électorale, l’affluence reste timide dans les centres visités (Moribabougou, Korofina et Medina Coura) par le ministre et sa délégation le mardi 29 octobre 2019. Face à cette situation, les autorités lancent un appel à la population. Selon elles, ce processus n’a aucun sens sans l’adhésion massive des citoyens. Pour pallier à cette situation, une campagne de sensibilisation de porte en porte est en cours qui vise à sensibiliser les citoyens sur la révision de la liste électorale en cours, notamment pour l’inscription et la validation des noms des nouveaux majeurs, les cas de transferts et les radiations.

Cette révision a débuté le lundi 1er  octobre sur l’ensemble du territoire selon les autorités. Elle est cependant butée à une faible affluence notamment à Bamako. La révision de la liste électorale est tellement importante qu’elle ne devrait pas se passer dans une telle passivité.Elle concerne les cas de transfert, de radiation et l’inscription de nouveaux majeurs sur la liste qui servira aux prochaines élections.

Cette liste constituera le prochain fichier électoral, alors qu’en 2018, en prélude à l’élection présidentielle, il y’a eu une grande polémique au sujet de l’existence d’un fichier électoral parallèle. C’était, le premier rebondissement de la campagne présidentielle. Un fichier qui serait, selon le staff du candidat de l’Union pour la république et la démocratie (URD), frauduleux et différent de celui audité par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) quelques mois au paravent.

Eu égard, à cette situation, une éducation civique s’impose pour s’assurer que les maliens  comprennent en quoi consiste la liste électorale, qu’ils se décident par eux-mêmes de sortir massivement pour s’inscrire. Car, l’inscription sur la liste électorale est devenue une condition préalable essentielle à l’acte de vote.

Dans notre pays, il incombe à la personne de s’inscrire, plutôt qu’à l’État.

Si l’inscription est de nature saisonnière et que le fichier électoral peut faire l’objet d’une révision importante avant une élection, on pourrait proposer de mener un programme national d’éducation électorale en vue de soutenir le processus d’inscription.

 Inf@sept

Lire aussi

BOUBACAR GAOUSSOU DIARRA: « Il faut se réjouir de l’accord de Farabougou, mais pas en faire un m...

Boubacar Gaoussou Diarra, ambassadeur malien, dirige le secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise...

LANCEMENT DE CAMAPAGNE POLITIQUE AVORTE A MOPTI : Seydou Coulibaly affiche ses ambitions pour Koulou...

La Venise malienne (Mopti) devrait servir de cadre au lancement du Mouvement politique, Benkan Koura, de Seydou Mamadou ...

COVID-19/ MALI : De nouvelles restrictions pour gérer la flambée des cas de contamination...

Les dernières données indiquent une très forte avancée des cas de Covid-19 au Mali. Le jeudi dernier, plus de 400 ca...

INSECURITE-TERRORISME : Sikasso infectée par les djihadistes ?...

Après les Régions de Mopti et de Ségou, c’est celle de Sikasso qui se trouve sous la menace des djihadistes. Tous l...