Mali : sit-in à Badalabougou, le lynchage des populations par le G5 Sahel

QG G5 Sahel, Badalabougou, Mali,

Le G5 Sahel est au cœur des controverses à Bamako. Les Bamakois protestent contre l’installation de cette structure au forceps en plein cœur de la capitale malienne. En effet, c’est le cercle Mess des Officiers qui a été choisi par l’instance dirigeante de notre pays, en complicité avec les Nations – Unies, pour abriter la force G5 Sahel chassée de Sévaré, centre du pays. Avec les protestations des populations, le choix de Badalabougou pour abriter ce nouveau QG devient problématique.

 Pour les habitants de ce quartier, l’installation du G5 Sahel pose des problèmes d’insécurité et des rues adjacentes ont été tout simplement barrées et inaptes à la circulation. Mieux, les Bamakois s’insurgent contre un QG en plein cœur des habitations alors que l’institution devrait siéger au nord où les hostilités sont légions. Selon eux, la capitale Bamako n’est pas le lieu de prédilection des militaires du G5 Sahel regroupant outre le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Donc son déménagement à Bamako n’est pas bienvenu car on constate que les militaires fuient le combat au nord et au centre pour venir se refugier à Bamako. Les Maliens ont déjà un mauvais souvenir des forces onusiennes qui violent nos filles, cassent nos foyers puisque leurs éléments distribuent à tour de bras des sommes mirobolantes à nos douces moitiés les obligeant à rompre leurs mariages. C’est pourquoi ils sont persona non grata aux yeux des populations maliennes qui finiront par se révolter de leur présence au Mali.

Nous demandons aux autorités de ne pas forcer l’installation d’un siège du G5 Sahel à Badalabougou car les populations y sont réticentes. Or, si la situation dégénère, c’est toute la population de Bamako qui sera interpellée. A ce jeu, une insurrection de rue contre toutes les forces extérieures basées au Mali sera de mise.

Le secrétaire général de l’ONU avait admis, début mai, d’un accord trouvé avec les autorités maliennes pour la mise à disposition d’un siège provisoire de la force conjointe au cercle Mess des officiers de Badalabougou. Qu’il sache qu’il y a blocage et qu’un conflit est ouvert avec les populations maliennes quant à ce choix.

Selon nos sources, les habitants de Badalabougou sont sur pied de guerre depuis plusieurs semaines. Les autorités maliennes tentent de cacher la supercherie, mais l’affaire n’est plus qu’un secret de polichinelle. A plusieurs reprises, elles ont été dispersées à coup de gaz lacrymogène. Cela suffira t-il ?

Ce qu’il faut aussi retenir, c’est que les droits de certains maliens travaillant au Mess des officiers ont été bafoués ou foulés au pied par nos responsables. Nous y reviendrons.

 Salif Diallo

Lire aussi

Afrique-Russie : Sotchi, quels enseignements pour les Africains ?...

Le sommet Russie-Afrique qui vient de prendre fin à Sotchi le 24 octobre 2019 restera longtemps gravé dans les annales...

Mali : Des hors la loi font irruption a la maison d’arrêt de Diré...

Les terroristes et autres bandits qui sèment le désordre au nord et au centre de notre pays continuent avec leurs sale...

Législatives en Guinée: rencontre entre Céni, société civile et politiques...

En Guinée, une rencontre a eu lieu pour préparer les législatives de février 2020. Objectif : plancher sur le p...

Mauritanie: vaste campagne de répression contre les médicaments falsifiés...

En Mauritanie, deux grosses officines pharmaceutiques ont été fermées à Nouakchott par les autorités sanitaires. C...